×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’addiction n’est pas systématique!

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4868 Le 04/10/2016 | Partager
    Pas de lien direct entre la dépendance aux jeux et la violence scolaire, mais le pire peut se produire
    suzanne_robert-ouvray_068.jpg

    Suzanne Robert-Ouvray, psychothérapeute, psychomotricienne: «Pour s’en sortir, il faut d’abord procéder à une psychothérapie, afin de chercher l’origine du mal être, de cette difficulté à exister autrement qu’avec des anesthésiants qui vous empêchent de penser» (Ph. Mundiapolis)

    - L’Economiste: Les «digital natives» sont entourés d’écrans. Comment les protéger de l’addiction à ces gadgets?
    - Suzanne Robert-Ouvray:
    Je ne crois pas du tout à l’addiction innée. Je pense qu’il s’agit d’une manipulation commerciale. Cela reviendrait à dire, par exemple, que comme ma génération est née avec la voiture, du coup je suis tout le temps en train de conduire. Ce n’est pas parce qu’il y a une évolution formidable de la technologie que l’on doit forcément tomber dedans et ne plus pouvoir s’en passer.

    - Mais il existe bien des objets plus addictifs que d’autres…   
    - En effet, tout ce qui est visuel est plus addictif, parce que la vision est l’élément qui nous permet de faire connaissance avec l’autre, elle nous captive. C’est fondamental pour l’être humain. Néanmoins, encore une fois, je ne crois pas à une addiction innée. Pour éviter la dépendance aux jeux, les parents doivent discuter plus avec leurs enfants, jouer avec eux, faire des sorties découverte,… au lieu de se débarrasser d’eux en les mettant devant un écran.

    - Qu’est-ce qui favorise alors l’addiction?
    - Les gens qui deviennent addicts sont, à la base, victimes d’une souffrance psychologique. Sinon, ils ne développent pas de dépendance. L’addiction est une anesthésie servant à endormir une souffrance interne. Il s’agit d’une pathologie affective. Pour s’en sortir, il faut d’abord procéder à une psychothérapie, afin de chercher l’origine du mal être, de cette difficulté à exister autrement qu’avec des anesthésiants qui vous empêchent de penser. Vous devez savoir pourquoi vous cherchez à vous perdre dans le virtuel.

    - Y a-t-il un lien entre les jeux vidéo et la violence scolaire?  
    - La plupart des enfants en addiction ne sont pas violents à l’école. Ceux qui le sont, ce sont les enfants maltraités à la maison, avec des parents qui crient, les frappent et les humilient. Les jeux vidéo, eux, les isolent. Il n’y a donc pas de lien de cause à effet. Mais si un enfant vit dans un univers de jeux violents en permanence, il portera cela avec lui. Il risque ainsi de passer plus tard à l’acte, mais à l’extérieur.o
    Propos recueillis par Ahlam NAZIH

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc