×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

100000 visiteurs au IVème SIEL

Par L'Economiste | Edition N°:53 Le 12/11/1992 | Partager

Le IVème Salon International de l'Edition et du Livre, qui s'est tenu à Casablanca du 3 au 8 Novembre dernier, constitue, quelles qu'en soient l'organisation, l'improvisation, l'ambiance joyeuse, un événement remarquable dans une société que l'on dit de culture orale, largement illettrée. C'est l'occasion pour une foule d'étudiants, professeurs, familles entières de trouver sur un espace commun des ouvrages en français, en arabe, en espagnol, en anglais... Plus de 100.000 personnes (selon les estimations, Lundi 9 Novembre) ont visité le Salon cette année, contre 60.000 il y a 2 ans. C'est aussi la possibilité d'acheter des livres à des prix promotionnels, de rencontrer des auteurs, des artistes, des éditeurs, de participer à des animations culturelles et à des jeux.

Lieu de rencontres, de passage, la Foire du Livre est aussi un lieu de brassage d'affaires: 32 pays exposaient, vendant individuellement ou aux libraires, discutant de programmes communs à partir de l'édition.

Plusieurs constatations s'imposent : le livre d'importation atteint un prix prohibitif, surtout quand il vient des pays francophones. Le pouvoir d'achat est faible au Maroc, le livre souvent considéré comme un produit de luxe : dès qu'il ne touche pas un sujet précis relevant des nécessités de leurs études ou d'un intérêt essentiel, les étudiants n'achètent pas, ou se cotisent, quel que soit le prix de l'ouvrage qui les concerne. Pourtant ils sont là, exprimant un besoin, une curiosité. Dans le mouvement qui s'opère au S.I.E.L., une tendance se développe nettement : les enfants de tous âges viennent, réclament des livres que leurs parents achètent même si eux-mêmes, à la limite, ne savent pas lire ou se privent, conscients de l'importance de l'objet culturel. Ils donnent à leurs enfants ce qu'ils ne se permettent pas. Le vide existant au Maroc au niveau du livre pour enfant a éveillé l'intérêt des créateurs et éditeurs nationaux : devant ce marché, loin d'être saturé, dont dépend l'avenir de la lecture et à plus long terme, d'une culture, d'un développement, ils mettent en oeuvre la préparation de cassettes et livres pour enfants, souvent bilingues, adaptés au contexte du pays, à un prix plus abordable que ce qui se trouve actuellement sur le marché. Curieusement, en même temps, des parents, des éducateurs proposent des histoires nouvelles ou tirées de la tradition orale marocaine. Ils souhaitent que des illustrateurs soient formés dans ce domaine encore ignoré au Maroc.

Enfin, l'animation conçue pour les heures de grand passage ne s'adapte pas forcément à tous les publics, ni à l'environnement: il est difficile de réfléchir sur des thèmes épineux comme "Ethique et civilisation" en plein brouhaha. Que penser de l'attitude d'une jeune fille, demandant à un auteur, attablé dans un stand devant ses livres, à côté d'une affichette "signature", "où il fallait signer" en feuilletant un ouvrage?

T.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc