×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Tortures

    Par L'Economiste| Edition N°:1798 Le 25/06/2004 | Partager

    Le rapport d’Amnesty International sur le Maroc est inquiétant et ce, d’autant plus que le Maroc avait fait, incontestablement, de très sérieux efforts en matière de droit de l’homme.Il serait absurde que le fruit de ces efforts soient perdus à cause de dysfonctionnement et de la non-maîtrise des différents appareils de l’Etat.Les Marocains ont à faire face à la menace terroriste, c’est incontestable. Les forces de sécurité déploient de très gros efforts malgré leurs faibles moyens et obtiennent des résultats, empêchant que de nouveaux attentats ne soient commis. Le Maroc est au centre de la tourmente et est considéré comme un objectif important pour la mouvance terroriste. Il faut le reconnaître: si nous arrivons à vivre dans la quiétude, c’est grâce au travail des forces de sécurité. Mais il ne faut pas y perdre son âme. Il ne faut pas, au nom de l’efficacité, renoncer aux droits et garanties constitutionnelles, car alors c’est remplacer une insécurité par une autre, autrement plus pernicieuse. Pour le moment, la situation n’est pas définitivement perdue et grâce à des organismes comme Amnesty la vigilance demeure. Il faut également noter que les réseaux marocains eux-mêmes ne manquent pas d’attirer l’attention à chaque manquement. Il faudrait que nos dirigeants leur accordent davantage d’attention: ils ne sont pas à tous les coups injustement hostiles.Il appartient aux autorités marocaines de veiller au retour à la règle dans chacun des établissements et ce sans renoncer à la fermeté. C’est un exercice difficile, auquel nous ne sommes pas habitués mais que nous devons pourtant apprendre, car il est inhérent au système démocratique. Ce système n’a aucun sens si chaque individu n’est pas personnellement protégé par la loi, laquelle doit être très scrupuleusement respectée. Le recours à la torture où qu’il se produise et quels que soient le tortionnaire et la victime, demeure une atteinte à l’humanité tout entière. Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc