×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Test

Par L'Economiste| Edition N°:2002 Le 18/04/2005 | Partager

Au milieu de la grande opération de mise en Bourse de Maroc Telecom, on n’a pas assez prêté attention à un dispositif particulier: celui qui reliait les marchés de Casablanca et Paris.En clair, on peut passer d’une Bourse à l’autre. Certes, tous les détenteurs de titres ne sont pas autorisés à le faire et ceux qui peuvent le faire doivent rester dans les limites du contrôle des changes, c’est-à-dire, en gros, exporter ce qu’ils ont importé.Mais il n’empêche que ce dispositif est un test. Il n’est pas déraisonnable d’y voir le premier pas de l’ouverture du pays en matière de circulation légale des capitaux. Evidemment on n’en est pas encore là. Les allers et venues transfrontaliers, même s’ils sont marginaux face à la masse des opérations boursières casablancaises, démontrent qu’il est possible de brancher les deux marchés. Certains redoutaient que le rapprochement ne se fasse au détriment immédiat et inéluctable du marché marocain. Au bout de trois mois, ce n’est pas du tout ce qui se produit. Tous les titres ne sont pas revenus au Maroc et tous les titres lancés à Casablanca ne sont pas partis à Paris. Le marché, tous les jours, trouve un équilibre satisfaisant. Ceci indique que le marché marocain vaut mieux que ce qu’on dit de lui au Maroc. Naturellement, ce n’est pas n’importe quelle entreprise qui peut servir de support à cette ouverture, mais il n’empêche qu’elle est ipso facto soumise aux règles d’évaluation et d’anticipation d’un marché considérablement plus achalandé: à Casablanca, quand on achète du Maroc Telecom c’est qu’on a choisi entre une soixantaine d’autres possibilités; à Paris on a choisi entre des milliers d’autres possibilités.Les mouvements qui se produisent ont donc du sens, pour Maroc telecom, mais aussi pour toutes les autres entreprises cotées au Maroc et, à travers elles, pour la tenue globale du tissu économique marocain: elle est meilleure qu’on ne veut bien le reconnaître et cette bonne tenue mérite d’être soulignée.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc