×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Scandale Samir

    Par Nadia SALAH| Edition N°:4735 Le 23/03/2016 | Partager
    salah_nadia_2015.jpg

     

    La décision judiciaire est logique: la Samir ne peut pas, ne pouvait pas être redressée, sauf à commettre la folie d’en faire payer le prix aux Marocains.
    Si le modèle chancelait déjà lors de la privatisation, cela ne signifie pas qu’il faille s’interdire de poser d’autres questions stratégiques: Qu’est-ce qui a des chances d’être encore important dans cinq ou dix ans? Le raffinage proprement dit n’a plus guère de poids stratégique. En revanche, le stockage et le transport, eux, peuvent avoir de l’importance, surtout quand on est situé sur la route maritime d’un continent au seuil d’un boum économique. Cela mérite d’être regardé de près.
    Un autre dossier doit être tranché: l’enchaînement des manquements publics et privés ayant caché une faillite inévitable, et ce à grands renforts d’argent des épargnants et d’argent public.
    Comment se fait-il que le commissariat aux comptes, responsable au pénal autant que le management et l’actionnariat de référence, n’a pas vu venir les difficultés: on ne perd pas des dizaines de milliards de dirhams sans le moindre signe annonciateur!
    Comment se fait-il que le CDVM de l’époque n’a même pas levé le petit doigt au moins pour soutenir le droit des journalistes à poser des questions (au lieu de les traiter avec mépris)? Sa responsabilité pénale est-elle engagée elle aussi? L’aveuglement des analystes est-il coupable quand les banques, elles, se débarrassaient de leurs créances? Et que dire de la responsabilité politique du ministère des Finances qui a accordé des facilités douanières sans tenir compte de la situation de l’entreprise? Si la Justice n’est pas outillée pour ces investigations, alors les parlementaires doivent prendre ce dossier fermement en main de manière à ce que jamais un tel scandale ne se reproduise.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc