×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    "DVD"

    Par L'Economiste| Edition N°:2166 Le 07/12/2005 | Partager

    Plusieurs mois après sa clôture, le départ volontaire dans la fonction publique continue à faire des vagues. Les uns le critiquent, les autres, particulièrement les centrales syndicales, en redemandent. C’est dire qu’il ne laisse personne indifférent. L’opération a même marqué l’opinion publique, au point d’inspirer des humoristes qui l’ont baptisée sous le sigle devenu célèbre, de «DVD» (Départ Volontaire Daba). Aujourd’hui, il s’agit de dresser le bilan. Sur le plan financier, les 10,48 milliards de DH dépensés seront récupérés avant la fin 2007. Et pour la seule année prochaine, Fathallah Oualalou économisera plus de 5 milliards de DH sur les salaires des fonctionnaires. Sur ce plan, tout va pour le mieux.Certes, Boussaïd a excité le mammouth. Mais pour le rendre plus souple et plus efficace, d’autres actions sont vitales. Sans quoi, les départs volontaires n’auront finalement servi à rien. La première concerne le redéploiement du personnel, particulièrement entre les ministères. Et la gymnastique serait celle d’empêcher tout le monde de vouloir partir vers les Finances pour les primes substantielles servies. Autre action tout aussi vitale, le remplacement des partants par des compétences égales ou supérieures. C’est pour cela qu’il ne faudra pas au moment des recrutements se tromper de casting.Dans tous les cas, cette opération a eu du bon: elle a permis de révéler quelques aberrations, telles des fonctionnaires purgeant des peines de prison qui continuaient à recevoir leurs salaires. Ou encore, les familles qui perçoivent la paie d’un employé décédé. Cela démontre parfaitement l’ampleur de la déconnexion entre la gestion des ressources humaines et l’instance qui paie les fonctionnaires (l’ex-DOTI). Remédier à ces défaillances est déjà en soi une opération d’assainissement.Mohamed CHAOUI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc