×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Pendant ce temps…

Par Nadia SALAH| Edition N°:4970 Le 28/02/2017 | Partager

Identifiant Scald invalide.

En 1960, le Maroc faisait jeu égal avec la Corée du Sud, avec un petit avantage pour Rabat qui avait un PIB/habitant légèrement supérieur: 164,8 dollars chez nous contre 155,6 pour Séoul. Aujourd’hui,  60 ans plus tard, chaque Coréen est 10 fois plus riche que chaque Marocain (bien lire: dix fois plus riche!).
Le moteur de la différence c’est l’enseignement. Les petits Coréens de l’époque, puis leurs enfants et leurs petits-enfants travaillaient à l’école alors qu’ici, syndicats et partis de gauche avaient fait du système scolaire le  champ privilégié des affrontements politiques, avec des troupes nombreuses, d’autant plus promptes à se mettre en grève que l’absence n’avait de conséquence ni sur le salaire, ni sur la carrière.
Pendant ce temps, les petits Coréens, leurs enfants puis leurs petits-enfants travaillaient…
Le déclin universel des philosophies de gauche n’a pas sauvé l’école. Les troupes se sont islamisées, mais sans se moraliser: plus personne ne sait quel maître est en classe et qui s’est absenté. La peur et la connivence entretiennent l’opacité et le «je-m’en-foutisme». On parle d’une moyenne du tiers des heures non effectuées dans les écoles publiques.  Comment s’étonner que toutes les familles qui le peuvent fuient cette école-là, quitte à s’endetter lourdement pour très longtemps?
Pendant ce temps, les petits Coréens, leurs enfants et leurs petits-enfants…
Pour éviter tout rapprochement, toute comparaison entre les résultats des unes et des autres, le ministère (qui ne peut pas fermer les écoles coréennes!) s’attaque à nouveau aux écoles privées marocaines. Pourtant ses propres fonctionnaires se battent pour y placer leurs enfants, si bien qu’on se demande si ces batailles sont, ou pas, pour quelque chose dans ces attaques.
Pendant ce temps, les petits Coréens…

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc