×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Le Gharb sort de la culture céréalière
    Carton plein pour les baies rouges

    Par L'Economiste | Edition N°:4470 Le 25/02/2015 | Partager
    Le chiffre d’affaires généré par la filière avoisine 1,53 milliard de DH
    Les myrtilles et framboises, les stars montantes
    Des incitations lancées pour les projets d’agrégation

    Mehdi Rifi, directeur régional de l’agriculture du Gharb, rappelle que les filières des agrumes, fruits rouges et lait figurent parmi les secteurs prioritaires et retenues comme domaines d’excellence de la région

     

    - L’Economiste: Le Gharb est classé champion dans la production des baies rouges. Quelle est la part de l’export dans cette production?
    - Mehdi Rifi:
    La production des baies rouges est pour l’essentiel destinée à l’exportation. La part exportée diffère selon la nature du produit. Les fraises sont exportées à hauteur de 70 à 75% du tonnage produit sur deux segments du marché, le surgelé avec 50% et le frais avec 20 à 25%.
    Les parts des myrtilles et les framboises, fortement demandées notamment sur le marché européen, représentent pratiquement 100% et 95% de la production respectivement.
    Le chiffre d’affaires actuel de cette filière s’élève à plus de 1,53 milliard de DH. Pour accompagner ce marché porteur, il a fallu augmenter les superficies cultivées qui sont passées de 2.400 ha en 2008 à près de 3.700 ha actuellement et dont la plus grande partie est occupée par les fraises. Dans la perspective de développer la productivité et la rentabilité de la filière, les efforts sont focalisés sur l’incitation des investisseurs à mettre en œuvre des projets d’agrégation en intégrant les petits et moyens agriculteurs et l’amélioration des facteurs de compétitivité.
    - Les agrumes figurent aussi parmi les priorités de la région. Quelles sont les réalisations enregistrées dans cette filière?
    - Les objectifs fixés sont ambitieux et prévoient l’extension des superficies des agrumes de 16.200 ha en 2008 à 39.300 ha à l’horizon 2020 et l’augmentation de la production de 339.000 t à 1,3 million de tonnes.
    Au niveau de la région, le verger agrumicole couvre actuellement une superficie de 21.900 ha dont 18.393 ha en production, soit 20% de la superficie totale du verger agrumicole national. La production réalisée actuellement est de l’ordre de 410.000 tonnes, soit 22% de la production agrumicole nationale. La superficie équipée en irrigation localisée passe de 3.950 ha en 2008 à 9.600 ha en 2014.

    - La R&D est nécessaire pour accompagner le développement de ces filières. Que prévoyez-vous pour ce volet?
    - Il y a un programme dans ce sens entrepris par le Centre régional de la recherche agronomique de Kénitra. Parmi les actions menées par exemple pour les agrumes, le projet portant sur la sélection variétale et création des hybrides diploïdes et triploïdes de mandarinier. Il y a également la création de nouveaux porte-greffes hybrides par croisement dirigé ainsi que la sélection de porte-greffes tolérants aux contraintes abiotiques. Sans oublier la mise au point d’un package technologique pour le contrôle des ravageurs et maladies des agrumes. Pour les fruits rouges, un projet pour le développement interne de la production de plants par la mise en place de partenariat avec des pépinières étrangères est en cours.

    Propos recueillis par NEA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc