×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Handicap

Par L'Economiste| Edition N°:1819 Le 26/07/2004 | Partager

LA visite du ministre de l’Intérieur marocain à Alger, immédiatement après les déclarations françaises et espagnoles, voulait montrer la bonne volonté du Maroc, et sa disponibilité à contribuer positivement à l’évolution du contentieux algéro-marocain.Manifestement, les autorités algériennes ne l’entendent pas de cette oreille. Elles cherchent à entretenir des relations tendues avec le Maroc, notamment sur le dossier du Sahara, mais pas seulement.C’est une posture négative sur tous les plans. Le Maroc ne peut pas et ne doit pas admettre la dissociation du dossier Sahara de l’ensemble du contentieux, et ce d’autant plus que les différents partenaires espagnols et français ont compris qu’il est impossible d’occulter ce dossier.Il est impossible de parler de coopération et de bon voisinage, lorsque le voisin du Maroc entretient sur son territoire, un mouvement séparatiste hostile et lorsque ce même voisin garde prisonniers des militaires marocains.La politique de l’autruche ne pourra pas avoir lieu. Les relations entre deux Etats voisins sont un tout qui ne peut pas se fragmenter.Par le passé, Rabat a fait des tentatives de rapprochement sur différents volets, espérant que peu à peu, cela conduira à une solution sur le dossier Sahara lui-même. Ce ne fut pas le cas. Il est regrettable de voir que malgré tous les bouleversements que connaît le monde et la guerre civile qui sévit en Algérie même, les dirigeants de ce pays continuent à cultiver une attitude politique complètement surannée: elle ne correspond ni à la réalité internationale, ni aux intérêts des peuples marocain et algérien. L’Algérie par ses problèmes in-ternes, une guerre civile qui n’en finit pas et son comportement régional, reste un frein et un handicap puis-sants pour le développement de l’ensemble du Maghreb.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc