×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Frères et camarades

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5610 Le 09/10/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Le PPS mériterait une étude de marketing. C’est un modèle de rentabilisation. Le meilleur de tous: peu de voix, beaucoup de ministres.

    D’abord, disons haut et fort que son chef actuel fut un excellent ministre de l’Information: il a déverrouillé toutes sortes de portes, qui laissaient parfois des ministres sans données sur leurs propres domaines. On revient de loin!

    Le PPS et son chef Benabdallah furent-ils meilleurs que El Khalfi (PJD)? Ça se discute: après avoir tenté d’interdire des miniatures persanes, El Khalfi a créé des structures intelligentes. Si ces structures sont sagement tenues, le Maroc aura déjà un orteil dans son nouveau modèle d’information.

    Quant au PPS, c’est le même processus, mais à l’envers. Il essuya moult censures, lâcha son nom historique de «communiste», sous la houlette du très remarquable Ali Yata. 15 ans avant la chute du mur de Berlin, il avait vu qu’il fallait un chemin entre la fin du communisme et les abus du libéralisme. Dans les années 1980 (grâce ou à cause du PAS), le Parlement a pris une importance inattendue.

    L’opposition commença à compter. Ali et son fils Nadir jouèrent un rôle essentiel dans la reconstruction mentale du Maroc. Ils disparurent au moment où le PPS entrait au gouvernement, malgré son très modeste score de 9 élus sur 325 sièges. Il ne l’a plus quitté depuis cette date.

    En 2011, quand le PJD arrive en tête, Benkirane prend le leadership. Le PPS accumule les mauvais scores électoraux, ce qui ne l’empêche pas de continuer à gouverner dans des postes socialement stratégiques (logement, statut de la famille, information, santé, emploi…).

    Les optimistes, dont fait partie cette colonne, espéraient que le PPS attelé aux islamistes ferait du bien à ces derniers. Hélas, le temps passant, les frères furent plus retors que les camarades. Sauve-t-on son parti politique en s’opposant à ce qu’il a fait en 22 ans de pouvoir? Qui sait?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc