×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Flash

    L’UGTM veut améliorer son image à Fès

    Par L'Economiste| Le 06/05/2018 - 13:54 | Partager
    L’UGTM veut améliorer son image à Fès

    Un syndicat citoyen, médiateur, réconciliant et partenaire de l’économie régionale. C’est la conviction du nouveau secrétaire provincial de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), Driss Abelhad. Elu depuis six mois à la tête du bras syndical de l’Istiqlal, ce dernier affirme que "la centrale vient de résoudre deux conflits avec les sociétés Hanini et Badr Béton". "Grâce à notre médiation, nous avons pu réintégrer quelque 70 personnes et indemniser une vingtaine d’autres suite à la perte d’emploi", ajoute-il. Abelhad a présenté, hier, ses résultats comme une "prouesse". Surtout que l’activité économique est en berne.

    "Mon principal objectif est la sauvegarde des emplois tout en préservant la dignité et les intérêts des travailleurs", souligne-t-il. Comptant quelque "5.000 adhérents" au niveau de la ville, l’UGTM veut restaurer l’image du syndicalisme. "La grève devrait être le dernier recours après l’épuisement de toute tentative de rapprochement et de réconciliation entre salarié et patron", estime le patron de l’Union. C’est ce qui permettrait, selon lui, la reprise de l’investissement et la création d’emploi. "Notre stratégie et vision syndicale ont toutes deux changé", rassure Abelhad. Signalons à ce titre que le meeting de sa centrale à Fès, lors du 1er mai, était imposant.

    Y.S.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc