Enseignement: Une rentrée et plusieurs défis à relever

Par L'Economiste| Le 24/08/2021 - 10:46 | Partager
Enseignement: Une rentrée et plusieurs défis à relever

Bachelor, gestion de la situation épidémiologique, enseignement en mode distanciel... plusieurs défis seront à relever lors de la rentrée scolaire et universitaire. Le ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a ainsi estimé que l'évolution de la situation épidémiologique est l'un des défis à relever en prévision de la rentrée scolaire et universitaire, prévue le vendredi 10 septembre. 

L’année scolaire 2021/2022, placée sous le slogan "pour une renaissance éducative en perspective de l’amélioration de la qualité de l’enseignement", commencera effectivement le 10 septembre pour le préscolaire, le primaire, le collégial, le secondaire et les classes de technicien spécialisé. Pour l'Enseignement supérieur, les étudiants qui seront en première année universitaire devront s'habituer à l'enseignement en mode distanciel. "Le déroulement de l’année universitaire entièrement en mode distanciel n’est pas des plus souhaitables, particulièrement dans le contexte du Bachelor, qui exige un supplément d’autonomie et de sens de l’organisation", explique-t-on auprès du ministère.

Dès cette année, les étudiants pourront s’inscrire dans une cinquantaine de filières Bachelor, toutes disciplines confondues, au sein des universités publiques et privées. Pour le département de l'Enseignement supérieur, le lancement de ces filières, qui seront généralisées à partir de la rentrée 2022, "pose aussi le défi d'une profonde mutation du modèle pédagogique avec l’adoption désormais d’un enseignement hybride, des classes inversées et de la pédagogie interactive". "Le fil conducteur qui a guidé à l’élaboration du système Bachelor a été avant tout la volonté de former un lauréat doté de soft-skills, maîtrisant les langues étrangères et le numérique et capable d'appréhender le monde du travail et réussir son insertion professionnelle", ajoute le ministère.