×
 Merci!
Merci! Par Meriem OUDGHIRI
Le 07/12/2022

L’Histoire s’est écrite sous nos yeux. Celle qui a fait soulever tout un peuple. Celle qui a donné de l’adré­naline. Celle qui a montré la combativité et le souffle d’une... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Carburants : « Les opérateurs ont neutralisé toute concurrence par les prix de vente »

Par L'Economiste| Le 26/09/2022 - 20:20 | Partager
Carburants : « Les opérateurs ont neutralisé toute concurrence par les prix de vente »

Le Conseil de la concurrence a livré ses premières conclusions dans le cadre de l’enquête sur la flambée des prix des intrants et matières premières au niveau mondial et ses conséquences sur le fonctionnement concurrentiel des marchés nationaux. L’instance s'est ainsi penché sur le cas des carburants (gasoil et essence) dont les prix ont connu une flambée cette année. Selon les premières conclusions, les niveaux de marge brute de distribution « ont été élevés en 2020 et 2021, période qui a enregistré la chute des cours du pétrole brut et des cotations des produits raffinés à l’international ». Les sociétés de distribution ont ainsi « tiré profit de la forte chute du cours sur le marché international pour augmenter leurs marges».

Le Conseil de la concurrence relève surtout que les marchés du gasoil et de l’essence sont des marchés « fortement concentrés aussi bien en amont qu’en aval et ce, malgré l’arrivée de nouveaux opérateurs dont la taille, les moyens et l’origine n’ont pas permis d’insuffler une nouvelle dynamique concurrentielle au sein de ces marchés ». En effet, la structure et le fonctionnement concurrentiel de ces marchés sont restés « pratiquement identiques à ceux hérités de l’époque où les prix étaient fixés par les pouvoirs publics », souligne le CC. Ce statut quo n’a d'ailleurs pas favorisé une vraie concurrence. Malgré l’entrée sur le marché d’autres opérateurs, il a été constaté une stagnation des parts de marché « avec de légères variations durant les périodes observées » et des comportements « passifs » des opérateurs qui ont « neutralisé toute concurrence par les prix de vente ».