×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Perception

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5939 Le 03/02/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Oui au soutien à la production nationale. Non à la cécité sur les impératifs de mise à niveau. Pour sa séance mensuelle d’avant-hier devant les députés,  Saâdeddine El Othmani s’en est plutôt correctement sorti dans un exercice où la rationalité scientifique du médecin semble avoir pris le dessus sur l’homme politique.

S’il convient de la nécessité de soutenir la production nationale, le chef de gouvernement fait cause commune et,  à juste titre, avec l’indispensable sursaut de compétitivité. On le sait, le plaidoyer, quelles que soient les appellations et ses variantes – patriotisme économique, préférence nationale – n’exclut pas l’exercice d’autocritique.

L’explication à une partie du déficit de la balance  commerciale est à chercher tant dans le culte des articles importés, l’absence de produit de substitution que  dans la persistance de problèmes de qualité.

  Cette dernière bataille est loin d’être gagnée, voire même d’être engagée.  Impossible d’y arriver sans des stratégies de montée en gamme, qui ne justifient pas nécessairement un changement de positionnement, vers des produits premium ou de luxe, mais qui requièrent en revanche d’être attractif hors-prix en se différenciant par l’innovation ou la qualité de service par exemple.

Or il ne faut pas se faire d’illusion, le marché local aura valeur de test pour les entreprises qui rêveront de jouer dans une division supérieure, c’est-à-dire d’exporter.

A vrai dire, cette orientation ne coule pas de source. Dans de nombreuses filières, les réflexes, dans une quête de l’organisation optimale,  en sont encore, au mieux, à du Lean management mal goupillé, au pire à de vieilles pratiques de cost killing. Un subterfuge qui ne résiste pas longtemps. La casse en termes de perception ou d’expérience client n’étant jamais loin.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc