×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Conjonction

Par L'Economiste| Edition N°:2025 Le 19/05/2005 | Partager

Un sénateur américain, John McCain, ancien prisonnier de guerre lui-même, a réclamé la libération des soldats marocains détenus à Tindouf. Ainsi, contrairement à ce que l’on peut entendre çà et là, les positions marocaines sur le Sahara sont mieux connues et mieux défendues à l’international. En effet, tant la position des Etats-Unis que celle de la France, ou encore celle de Madrid, toutes considèrent qu’il n’est pas question d’admettre une solution qui constituerait une menace pour la stabilité du Maroc. Il n’est donc pas question, aux yeux de ces trois puissances, d’imposer une solution à Rabat.Ceci est un avantage considérable pour le Maroc.Néanmoins, il faut savoir que ces grandes puissances ne pensent pas seulement en fonction d’un Etat ou de l’autre. Elles raisonnent à l’échelle de la région. Si elles sont sensibles aux thèses marocaines, elles ne veulent pas pour autant provoquer une déstabilisation en Algérie. Ces deux points constituent des données fondamentales à partir desquelles on peut envisager des solutions.En d’autres termes, le Maroc doit savoir qu’il lui sera permis de gagner par un score court: un six-quatre, mais pas un dix-zéro. Il s’agit cependant d’un cas de figure propice. Le Maroc doit donc prendre l’initiative et proposer une solution favorable, tout en évitant de faire perdre la face au pouvoir algérien. C’est au Maroc qu’il appartient d’offrir cette option. Il ne peut toujours chercher à gagner du temps, car cette conjonction de trois puissances compréhensives ne sera pas éternelle. Ces puissances sont liées par des échéances électorales et rien ne nous garantit que les prochaines consultations reconduiront des gouvernements bien disposés à l’endroit de notre cause. Il ne faut pas oublier les difficultés rencontrées avec les gouvernements Mitterrand, puis Aznar...Maintenant, nous devons proposer une solution et conclure pendant que Zapatero, Chirac et Bush sont tous les trois au pouvoir.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc