×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

CGEM stratégique

Par Nadia SALAH| Edition N°:5853 Le 29/09/2020 | Partager
salah_nadia.jpg

Voilà un programme qui devrait calmer les critiques à l’encontre de la Confédération générale des entreprises du Maroc. La Confédération avait été secouée par une grave crise entre le gouvernement et son ancien président, Mezouar (ou, plus probablement une deuxième crise entre deux ministres des Affaires étrangères). Toujours est-il que le patronat, qui sortait de la magistrale présidence de Miriem Bensalah, a eu du mal à sortir des troubles de l’entre-deux.

Vu les propositions de politique économique, les difficultés sont du passé. Même la nomination du remarquable Abdou Diop à la tête de la commission Afrique a été actée. Le patronat a retrouvé une vision stratégique.

Le programme a été sérieusement travaillé et challengé. Et le résultat est à la hauteur. Le cœur des demandes patronales est raisonnable, beaucoup sont innovantes et argumentées. Et il y a un réel angle de vision-PME, avec des franchissements de tabou: réduction de l’informel, priorité de l’emploi sur la masse salariale, financement de l’enseignement privé, extension du financement des dépenses sociales…

Pour n’importe quelle association, ce résultat est une performance. En effet, il y a très souvent un membre puissant ou aigri qui fait du forcing pour faire enregistrer la victoire de son ego. Apparemment, pas ici.

Néanmoins, il manque la lutte contre la corruption. Or, les innovations proposées y sont aussi sensibles que l’actuel système de financement du social. Dans ce domaine, les entreprises sont déchirées entre des obligations contradictoires. Elles le sont d’autant plus qu’un appui politique risque d’être instrumentalisé pour d’autres objectifs. Il est peut-être temps de reprendre fermement le travail de la Commission d’éthique de Rachid Belkahia.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc