×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Bulle

    Par L'Economiste| Edition N°:4118 Le 23/09/2013 | Partager

    «Vraiment, vraiment! comme tout est bizarre aujourd’hui!» comme dirait Alice au pays des merveilles. Du débat sur la compensation, il ne reste plus que cela: une polémique où s’engouffrent syndicats, transporteurs, opposition... D’une mesure incontestable du point de vue économique, le gouvernement en a fait finalement par impréparation un joli pataquès. Les bâches de ce cirque ne sont même pas repliées à en juger par la «marche» de l’Istiqlal programmée hier, laquelle complique avec les promesses de grèves, l’annonce de «mesures compensatoires», la cacophonie ambiante. S’il n’y avait que cela. La cruauté des chiffres des Finances publiques sont là pour rappeler qu’il y a d’autres motifs de frayeurs que l’amélioration des perspectives de croissance pour cette année (+4,8% désormais attendus pour 2013) n’arrivera pas à dissiper. Les contorsions de langage dans la communication gouvernementale ne contribuent pas à améliorer l’ambiance générale ni la lisibilité. Car, dans cette configuration, comment deviner ce que cherche véritablement l’équipe Benkirane. Une stratégie n’est pas appliquée qu’une autre lui succède. Les objectifs sont annoncés mais se périment déjà parce qu’ils sont irréalistes ou mal montés. Les exemples abondent. Ici c’est l’exécutif qui s’engage sur la réduction du train de vie de l’Etat sans dire comment il compte y arriver. Résultat: la masse salariale dans le public et les dépenses de matériel sont en forte hausse. Là c’est le ministre de la Santé qui  tue sa réforme du médicament à travers des bonus, contestés sur les marges. Cela fait beaucoup. Une certitude, au vu des circonstances actuelles, il est désormais acquis que les futures délibérations sur le budget ne seront pas un long fleuve tranquille puisqu’une jolie bulle politique et économique est déjà installée.

     

    Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc