×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Wafabank-BBV: Les grandes structures gagnent du terrain

    Par L'Economiste | Edition N°:284 Le 12/06/1997 | Partager

    La fusion Wafabank-Uniban vient d'être scellée. Elle constitue le point de départ d'une alliance stratégique entre Wafabank et Banco Bilbao Viscaya, maison mère d'Uniban. MM. Abdelhak Bennani et Emilio Ybarra Ychurruca, les présidents des deux groupes, expliquent les fondements de cette opération.


    - L'Economiste: L'opération Wafabank-Uniban est-elle une simple fusion ou une alliance stratégique?
    - M. Emilio Ybarra Ychurruca: Nous suivons l'évolution d'une banque universelle. Notre objectif est d'atteindre une dimension plus importante. Pour cette raison, il nous faut des ressources en mesure de financer les investissements, mais aussi des partenaires solides pour les rentabiliser. Nous commençons à avoir une grande expérience en Amérique latine où nous voulons être une grande banque pour chaque pays, y atteindre la taille critique. L'action entamée avec Wafabank s'inscrit dans la continuation de cette politique.

    - Comment appréciez-vous cette taille critique?
    - M. Ybarra Ychurruca: La taille critique est nécessaire mais pas suffisante. Elle dépend des pays et de la nature du système bancaire. C'est seulement un critère pour être rentable.
    - M. Abdelhak Bennani: Je précise que la taille est un moyen pour être compétitif. Nous sommes dans un monde de plus en plus concurrentiel. Par conséquent, il faut sortir avec des prix de revient compétitifs pour avoir une chance de gagner la bataille de la concurrence. Le deuxième objectif de la taille est d'avoir une capacité de distribution de crédits et de produits financiers. Si vous voulez suivre les grands projets, être en mesure de placer de gros volumes d'actions et assumer des risques, la taille est effectivement nécessaire.

    - Comment a évolué l'activité bancaire de BBV en Espagne?
    - M. Ybarra Ychurruca: Nous avons de grandes agences et de petits bureaux tenus par quatre ou cinq employés outillés de matériels informatiques performants. Les dernières extensions ont été réalisées sur ce créneau. Il y a dix ans, 70% du personnel était affecté à des travaux administratifs. Notre grande capacité informatique nous a permis de rationaliser ces tâches. Maintenant, les employés sont reconvertis en commerciaux en relation directe avec la clientèle.

    - Une pareille évolution est-elle en cours au Maroc?
    - M. Bennani: Nous tendons vers une banque qui est beaucoup plus relationnelle que transactionnelle. Une banque n'est pas seulement un centre de transactions classiques. Elle est aussi un centre de relations commerciales et de conseil.
    - M. Ybarra Ychurruca: J'estime que Wafabank est en mesure de réussir cette mutation. Elle s'est déjà bien organisée, notamment en regroupant les activités par filiale.

    - L'absorption d'Uniban constitue-t-elle un des aspects de la restructuration du secteur bancaire?
    -
    M. Bennani: Je pense qu'il y aura effectivement une mise à niveau indispensable des entreprises bancaires. Il s'agit de la même problématique que pour les entreprises industrielles.
    Dans notre secteur, il existe encore des banques qui sont dans le giron du public. Le décloisonnement fait que ces établissements ont besoin de réussir leur privatisation. Ils ont également besoin de réussir leur reconversion. Par ailleurs, il existe un certain nombre d'entités dont la taille modeste ne leur permet plus de rester des banques universelles. Ou bien elles doivent devenir des banques de niche, ou bien entreprendre des opérations de concentration.

    - Des minoritaires n'ont pas apprécié la cession d'Uniban. Une plainte a été déposée. Comment gérez-vous ce dossier?
    - M. Ybarra Ychurruca: Une action en justice est effectivement en cours. Nous avons pris des conseils pour étudier cette situation.
    Cependant, les actionnaires d'Uniban sont maintenant à Wafabank. Ils ont la chance d'entrer dans un groupe de cette envergure. Pour ce qui nous concerne, BBV ne se retire pas du Maroc. Elle amorce un nouveau départ.

    Propos recueillis par Alié Dior NDOUR et Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc