×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Voyages de fin d'année à l'étranger : Cap sur l'Orient

    Par L'Economiste | Edition N°:160 Le 29/12/1994 | Partager

    A quelques jours de la fin de l'année 94, les agences de voyages recevaient des réservations pour des vacances à l'étranger à un rythme relativement moyen. Les décisions tardives des clients sont, en partie, à l'origine de cette situation.

    A la mi-décembre, les réservations pour les vacances de fin d'année à l'étranger n'étaient pas encore très importantes au niveau des agences de voyages. La plupart déclarent des taux "moyens, corrects où très moyens". Comparée à l'année précédente, la situation se présente au même niveau. L'explication est pratiquement semblable "les Marocains ont l'habitude de se décider à la dernière minute", font remarquer les professionnels du voyage. La sérénité est pourtant de rigueur chez les voyagistes. Toutefois, le comportement attentiste des clients provoque parfois des perturbations en ce qui concerne l'organisation d'une opération. Pour illustration, Mme Nezha Amrani, directeur marketing à Atlas Voyages, annonce qu'elle "est obligée d'annuler certaines destinations", en raison certainement des limites qu'imposent le transporteur et le réceptif.

    De l'Espagne à l'Extrême-Orient

    Les destinations proposées ne sont pas différentes de celles vendues en 1993. Les produits Escapades, lancés il y a une année par Atlas Voyages, Comanav Voyages et FM Tours sont toujours sur la liste avec comme points de chute des pays très convoités, entre autres l'Espagne, la Turquie, la Grèce et l'Egypte, celle-ci pour l'instant moins sollicitée suite aux problèmes politiques auxquels elle est confrontée. Il est à noter que, contrairement à Intervoyages qui entrevoyait de bonnes perspectives sur l'Europe, Alizés Travel indique que "cette zone est moins demandée en raison des problèmes de visa".

    Figurent aussi sur le tableau des offres l'Arabie Saoudite (Omra) et les Etats-Unis. M. Fouad Lahbabi, directeur général de Comanav Voyages, annonçait qu'un vol prévu pour le Brésil était en train de donner de bons résultats. Preuve que les Marocains recherchent des destinations dites exotiques. Dans ce même registre, Alizés Travel, outre Rio de Janeiro, propose la Thaïlande et autres pays pas ou très peu demandés par le touriste marocain: l'Afrique du Sud, Jérusalem et la Jordanie. Atlas Voyages s'est aussi placée sur la ligne de l'Asie, en particulier l'Extrême-Orient. Selon Mme Nezha Amrani, c'est une région qui offre un grand potentiel de shopping d'où une demande latente intéressante. Il manque sur la liste des offres les pays scandinaves et d'Europe de l'Est.

    En ce qui concerne les prix, ils sont dans la moyenne de l'année écoulée. Les produits Escapades sont commercialisés entre 7.000 et 8.500 Dirhams selon la destination. Une semaine aux Etats-Unis revient à près de 15.000 Dirhams.

    Pour quelques agences, l'émergence d'une classe moyenne importante autorise à penser que le marché est sur une pente ascendante. De plus, les possibilités de financement s'élargissent, notamment avec le Crédit-Voyage Wafasalaf destiné notamment à financer les produits Escapades. Il reste cependant à fournir des prestations de qualité de manière à fidéliser la clientèle.

    L'implication des agences dans l'organisation des voyages à l'export a été rendue possible par l'assouplissement de la réglementation des changes. Les autorités monétaires ont ainsi autorisé aux exportateurs de services de garder 10% des devises rapatriées dans un CCP-EX (Compte Convertible pour la Promotion des exportations)(1). Les agences qui disposent ainsi de ressources ont pu se lancer sur ce créneau avec plus de vigueur. Rappelons que toutes les agences n'organisent pas directement les voyages. Les opérations se traitent avec de plus grandes agences, disposant de ressources en devises. C'est ce qui explique parfois les écarts de prix.

    En ce qui concerne le tourisme interne, le Sud, en particulier Marrakech, attend comme d'habitude la grande foule. La plupart des hôtels de la capitale du Sud annoncent déjà le plein avec une clientèle dominée par les Européens. Olive Branch Tours, une agence orientée sur la Grande-Bretagne, attend deux grands groupes anglais pour Noël, en plus de touristes japonais et américains. Pour les nationaux qui n'ont pu aller à l'étranger, il est proposé par Atlas Voyages une "promotion Ouarzazate" avec découverte du grand Sud. Les voyagistes vendent généralement les mêmes formules internes à quelques variantes près. Pour ce créneau, les Marocains organisent, à la différence du tourisme à l'export, beaucoup plus leurs vacances, ce qui pourrait provoquer une entrave pour les agences. Les offres originales devraient permettre à celles-ci d'élargir le marché.

    Alié DIOR NDOR

    (1) Les exportateurs de biens gardent 20% des devises rapatriées dans leur CCP-EX.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc