×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Vingt-neuf mesures pour les PME

    Par L'Economiste | Edition N°:650 Le 01/12/1999 | Partager



    · Le Souverain adresse une Lettre Royale aux participants du séminaire sur le développement des PME qui démarre aujourd'hui à Rabat
    · Le gouvernement propose un Livre Blanc


    LA promotion des PME passe par 29 mesures d'urgence. C'est ce que révèle le Livre Blanc que le Ministère des Affaires Générales du Gouvernement soumet aujourd'hui aux participants du séminaire sur "Le développement de la PME, moteur de croissance". Objectif, sensibiliser les opérateurs économiques, l'Administration, les collectivités locales au poids des PME dans la création des richesses et de l'emploi, explique M. Ahmed Lahlimi, ministre en charge du dossier, dans un point de presse donné hier à Rabat. Selon lui, les enjeux sont de taille et les défis à relever visent à densifier le tissu productif, renforcer la cohésion sociale et développer les régions.
    Le développement de la PME intéresse jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. D'ailleurs, le Souverain adresse aujourd'hui une Lettre Royale aux participants du séminaire.
    Le gouvernement y attache une grande importance. Normal, la part des PME dans le tissu productif représente 92%. Pourtant, leur contribution à la création de la richesse ne dépasse guère 20%. Il sera question d'augmenter cette proportion. C'est pour cela que le gouvernement ambitionne de créer 120.000 PME d'ici l'horizon 2010. A la clé, 2.400.000 emplois.
    C'est ainsi que la politique à suivre consiste à développer les PME et réduire le taux de leur mortalité. Il s'agit également d'accroître le flux de nouvelles entités via la création et la migration d'entreprises du secteur informel vers le formel.
    Le Livre Blanc, qui s'inscrit dans le cadre d'une Charte PME en cours d'élaboration dans le Département de M. Lahlimi, est le résultat d'un travail mené par 40 acteurs représentant l'Administration, les opérateurs économiques et les organisations professionnelles. Ce document, d'une trentaine de pages, est appelé à être remanié pour tenir compte des observations des professionnels invités à participer aux différents forums du séminaire. Il devra ainsi aboutir à une version de consensus.
    Trois instruments sont à mettre en oeuvre pour développer les PME. Il s'agit d'un organe de décision politique qui prendra la forme d'un Secrétariat d'Etat. A cela s'ajoute un organe de coordination, de suivi et de contrôle (Agence nationale de la PME).
    Troisième instrument, le Conseil National Consultatif de la PME.
    Concernant les 29 mesures, la gamme est large. Elle va du cadre général (promulgation d'une loi-cadre, définition unifiée...) aux zones industrielles en encourageant l'aménagement de terrains et la construction de locaux ou de villages professionnels. Le volet financement n'est pas en reste. Il s'agit notamment de favoriser l'augmentation des fonds propres des PME, créer une charte de partenariat avec les banques et revoir la loi sur le crédit Jeunes Promoteurs.


    Autres mesures

    Outre l'encouragement de l'épargne de proximité, le Livre Blanc prévoit la création d'un cadre incitant la promotion du capital risque. En outre, le document propose d'instaurer un cadre légal qui favorise la sous-traitance d'une quote-part des marchés publics en faveur des PME. Autre mesure, la réduction des délais de règlement de ces marchés publics en instaurant des pénalités de retard. Lesquels occasionnent de graves difficultés de trésorerie.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc