×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Vaccins: Un marché juteux pour les grands laboratoires

Par L'Economiste | Edition N°:2661 Le 28/11/2007 | Partager

. Il croît deux fois plus vite que celui du médicament LES laboratoires pharmaceutiques affichent un regain d’intérêt pour les vaccins, marché de la prévention de la maladie aux perspectives solides, dopé par la gestion du risque de pandémie et la chasse aux coûts de santé menée par les gouvernements. «Loin d’être un sous-segment de la pharmacie, le marché mondial de la vaccination est en expansion: de tous les produits pharmaceutiques, les vaccins sont aujourd’hui les plus dynamiques», explique le cabinet Alcimed dans une étude. «La croissance est à deux chiffres et va rester soutenue dans les années à venir», se félicitait Jacques Cholat, président du numéro un mondial du secteur, Sanofi Pasteur, lors de l’annonce de la construction d’une usine de vaccins antigrippaux dans le sud de la Chine, près de Hong Kong. Selon le groupe français, le marché, qui croît deux fois plus vite que celui du médicament, va doubler d’ici à 2016, pour dépasser les 22 milliards de dollars. Les vaccins coûtent très cher à développer. Mais pour les laboratoires, ils ont l’avantage de ne pas pouvoir être copiés par des fabricants de génériques. Le vaccin, avec son rôle de prévention de la maladie, intéresse aussi au plus haut point des gouvernements en guerre contre l’explosion des dépenses de santé. Marché important, le vaccin l’est aussi tout simplement parce que les besoins restent immenses: le sida ou le paludisme font toujours des millions de morts à travers le monde. Un domaine captive en particulier les chercheurs: celui de l’oncologie, dans lequel l’américain NorthWest Biotherapeutics a été autorisé au printemps par la Suisse à commercialiser le premier vaccin contre le cancer du cerveau. Attirés par les perspectives de développement, les laboratoires qui n’étaient pas présents sur le marché, finissent par y mettre un pied, comme le leader mondial du médicament, Pfizer, qui a racheté le britannique PowerMed en 2006.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc