×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

USFP: Que faire des vieux?

Par L'Economiste | Edition N°:2140 Le 28/10/2005 | Partager

. Mohamed Boubekri répond à El Gahs. Les amis de Ben Barka revisitent leur passéS’il y a une vérité qui s’applique sur le champ politique marocain, c’est que les partis ont entamé leur mue un peu dans la souffrance: l’Istiqlal avec le tsunami Abderrazak Afilal, le RNI avec les anti-Osman et maintenant l’USFP avec Mohamed El Gahs. Le parti socialiste réunira son conseil national ce vendredi 28 octobre pour examiner la réforme de son statut et de son règlement intérieur. Du moins, c’est l’ordre du jour officiel. Mais dans les coulisses, on ne manquera pas de débattre de «l’ouragan El Gahs & co». Ouragan? C’est en tout cas la première fois qu’un membre du bureau politique, de surcroît ministre, se plaint publiquement «du refus des vieux de partir» et demande la rénovation du parti. Sortie qui lui a valu la riposte de certains socialistes (Ali Bouabid, Khairat), surtout en cette période difficile de prémobilisation électorale. Mais que vaut réellement la mise au point d’El Gahs? «Le personnage bénéficie d’une grande réputation», soutient un jeune socialiste. «Je connais personnellement une soixantaine de branches régionales qui l’ont sollicité pour des exposés. S’il accepte toutes les invitations qu’on lui adresse, je suis sûr qu’il ne va pas faire son boulot de ministre», ajoute-t-il.Le succès d’El Gahs, confirmé pendant le 7e congrès, interpelle fortement une USFP en mal de foules qui revisite son passé, la mémoire de Mehdi Ben Barka et les positions (et l’opposition) qui l’ont porté au firmament à une certaine époque. Au parti de la rose, on affirme que la centralisation, incarnée par le bureau politique, et le culte des personnes commencent à déranger. C’est pour cela que le Conseil national d’aujourd’hui devrait se prononcer pour plus de régionalisation dans le but inavoué de calmer les esprits en colère et les militants disqualifiés des dernières élections. «Mais enfin, nous n’allons pas soumettre les priorités du parti à des considérations biologiques!» s’emporte Mohamed Boubekri, membre du bureau politique, en réponse à la déclaration d’El Gahs demandant aux vieux de partir. Décryptage: Ce n’est pas parce que les dirigeants du parti sont vieux qu’ils doivent quitter. Tout ce remue-ménage, Mohamed Boubekri le résume en «un débat d’idées» tout à fait classique au sein du parti. Pour ce socialiste, ciblé aussi par des attaques, il n’y a pas lieu d’en faire tout un étalage médiatique, puisque l’Union a toujours été «forte par ses idées». «Nous ne sommes pas un parti stalinien. Regardez toute cette bataille sur la présidence du groupe parlementaire. Elle n’a pas empêché Driss Lachgar de garder son poste et d’être réélu à l’unanimité», soutient-il. C’est vrai que les socialistes (du moins ceux qui sont restés après le 6e congrès) s’affrontent mais finissent toujours par s’arranger. Tant que les résultats du 7e congrès ne sont pas remis en cause! Reste à savoir pourquoi El Gahs et les parlementaires mécontents n’ont pas parlé de ce qui ne va pas au moment du Congrès.


Ben Barka fut enlevé un 29 octobre!

Le sort de l’ancien leader de la gauche, qui a disparu à Paris en 1965, reste la plus grande énigme du dossier des droits de l’homme au Maroc (voir l’article de son ami Mahdi El Mandjra, pages 34 et 35). Qu’a-t-on fait de son corps? Enterré quelque part à Paris, transporté au Maroc puis dissous dans de l’acide, comme le soutiennent certaines sources…? Ce 29 octobre n’est pas comme les autres. La justice française et marocaine, l’Instance Equité et Réconciliation et le cinéma (projection du film «j’ai vu tuer Ben Barka») se sont impliqués dans cette affaire qui commémore cette année son 40e anniversaire. Si les murs de la brasserie Lipp pouvaient parler!Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc