×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une mise au point de l’Ecole supérieure de psychologie

Par L'Economiste | Edition N°:2328 Le 27/07/2006 | Partager

«A la suite de l’article publié dans le dossier Emploi & Carrière du 24 juillet 2006, la fondatrice de l’établissement apporte les précisions suivantes: Aucune inscription ne peut se faire à l’école pour les non-bacheliers, conformément à l’autorisation délivrée par le ministère de l’Enseignement supérieur.La durée des études est de cinq ans, suivant en cela les normes internationales établies et en France précisément (bac+5) pour avoir le droit de porter le titre de psychologue en application des dispositions du décret du 22 mars 1990.Nos étudiants ne sont pas des «jeunes ayant fait l’expérience d’une crise d’adolescence ou d’une dépression» mais des bacheliers tout à fait au niveau universitaire, et de maturité certaine. C’est ce qui ressort des tests qu’ils passent avant leur inscription, c’est également l’avis de leurs enseignants (tous professeurs de l’enseignement supérieur ou des praticiens de renom) et des organismes qui les ont accueillis en stage.Enfin, les psychologues ne sont pas contre les psychiatres, les deux professions sont complémentaires pour venir en aide aux personnes concernées.»Akesbi Msefer AssiaDocteur d’Etat en psychologie cliniqueFondatrice de l’Ecole supérieure de psychologie

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc