×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Un monde fou

    Par L'Economiste | Edition N°:2663 Le 30/11/2007 | Partager

    . Une amende pour un coq bruyantUn fermier d’un village du nord de l’Italie a été condamné à une amende de 200 euros car son coq chantait trop fort et gênait ses voisins, a rapporté l’agence Ansa.Le fermier du village de Malles, près de Trento, a fait valoir devant le juge que ce coq était son dernier après qu’il eut sacrifié 4 mâles de son poulailler en raison des plaintes répétées de ses voisins. Il a expliqué que ses poules ne pouvaient vivre sans coq. En vain. Il a fait appel de sa condamnation, soutenu par l’association locale des agriculteurs.. Jean-Luc Godard a volé pour financer ses filmsLe cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard, l’un des «papes» de la nouvelle vague cinématographique (fin des années 1950-1960), avoue dans une interview parue hier qu’il a volé de l’argent à plusieurs reprises pendant sa jeunesse pour aller au cinéma et financer ses films. «C’était nécessaire, ou en tout cas ça me semblait nécessaire. J’ai même volé de l’argent à ma famille, pour le donner à (Jacques) Rivette, pour son premier film. J’ai fauché pour voir des films et faire des films», déclare le cinéaste à l’hebdomadaire allemand Die Zeit. Godard (A bout de souffle, Pierrot le fou) doit recevoir ce samedi à Berlin le Prix du cinéma européen pour l’ensemble de son oeuvre.. 46 personnes en prison pour un portableUn juge local américain, qui a envoyé 46 personnes en prison parce qu’un téléphone portable avait sonné pendant une audience, a été démis de ses fonctions par une commission de discipline. Le 11 mars 2005 au tribunal local de la ville de Niagara Falls (Etat de New York, nord-est), le juge Robert Restaino présidait l’audience de suivi d’un programme contre les violences familiales, où les participants devaient se présenter chaque semaine pendant 6 mois, en général sans leur avocat.Après un peu moins d’une heure d’audience, un téléphone portable a sonné dans le public, où patientaient les participants au programme. Furieux, le juge a exigé que le propriétaire de l’objet du délit se fasse connaître, menaçant d’annuler le contrôle judiciaire de toutes les personnes présentes. Personne ne s’est dénoncée, et le juge a mis sa menace à exécution, ordonnant une à une l’incarcération de 46 personnes. Beaucoup ont été libérés sous caution après quelques heures dans la prison municipale, mais les 14 personnes, qui n’avaient pas pu verser leur caution, ont été incarcérées dans la prison du comté. . Elle retrouve sa mère 62 ans plus tard Une Britannique de 62 ans a rencontré pour la première fois mardi dernier sa mère biologique, une arrière-arrière-grand-mère de 91 ans, qui l’avait abandonnée pour adoption vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, a rapporté un journal britannique. Annie Burriss, 62 ans, a été adoptée en 1945 mais n’a appris son adoption qu’une vingtaine d’années plus tard. Elle avait alors commencé ses recherches pour retrouver sa famille biologique. Mardi, elle a rencontré pour la première fois sa mère, Hilda Berry, autour d’un déjeuner dans un pub de Cheltenham dans le Gloucestershire (ouest de l’Angleterre). Ses 7 demi-frères et demi-soeurs étaient également présents. «Elle est venue vers moi, a touché mon visage et a dit tu es belle, je suis désolée», a raconté Annie Burriss au Gloucestershire Echo.«Maman souffre de pertes de mémoire courte mais elle a su qui j’étais immédiatement».

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc