×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Algérie: Polémique avant la visite de Sarkozy

    Par L'Economiste | Edition N°:2663 Le 30/11/2007 | Partager

    . Un ministre évoque les origines du président français et ses «liens avec le lobby juif» A quelques jours de la visite du président français à Alger, le ministre algérien des Moudjahidine, Mohammed-Chérif Abbas, a provoqué une vive polémique en évoquant le soutien d’un «lobby juif» et les origines de Nicolas Sarkozy, avant de nuancer ses propos.La France s’est étonnée des déclarations du ministre algérien des Anciens combattants alors que Sarkozy est attendu le 3 décembre à Alger pour sa première visite d’Etat en Algérie et la 2e dans ce pays depuis son élection en mai.«Nous nous étonnons de ces propos, parus dans la presse, qui ne correspondent pas au climat de confiance et de coopération dans lequel nous préparons la visite d’Etat du président de la république» à Alger, a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani, soulignant que les relations entre les deux pays «n’ont jamais été aussi denses».Dans un entretien au quotidien Al Khabar, publié lundi dernier, Abbas attribue à l’influence d’un «lobby juif» l’accession au pouvoir du président français et évoque ses «origines».«Vous connaissez les origines du président de la France et vous savez quelles sont les parties qui l’ont amené au pouvoir», déclare le ministre algérien au journal.«Le ralliement de personnalités de la gauche française au gouvernement de droite de Sarkozy (... reflète) les convictions des véritables architectes de l’ascension de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif qui domine les décideurs en France», ajoute-t-il, en citant le nom du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.Dans une déclaration mercredi dernier à l’agence de presse algérienne APS, Abbas a affirmé «avoir appris avec beaucoup d’étonnement et de mécontentement certains propos» qui lui ont été attribués, sans démentir formellement les déclarations publiées par Al Khabar. Le ministre, vétéran de la guerre d’indépendance (1954-62), ajoute qu’il «ne peut assumer les spéculations irresponsables d’un quelconque journal sur un chef d’Etat ami».Plusieurs organisations et personnalités françaises ont fermement condamné les propos du ministre algérien, passés totalement sous silence par la presse algérienne et qui ont été ignorés par les milieux officiels. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc