×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Un dispositif de gestion des crises agricoles en gestation

Par L'Economiste | Edition N°:1980 Le 17/03/2005 | Partager

. Il sera présenté le 30 mai au Conseil des ministres. Appui au dispositif d’assurance récolte, soutien aux caisses de mutualisation… les nouvelles mesuresLA commissaire européenne à l’Agriculture Mariann Fischer Boel s’est engagée à soumettre au Conseil des Ministres européens de l’agriculture du 30 mai un dispositif de gestion des crises agricoles, a affirmé le ministère français de l’Agriculture dans un communiqué. La Commission a présenté, le 14 mars, devant le Conseil des ministres de l’Agriculture une communication relative à la gestion des risques et des crises dans le secteur agricole.Ce document “répond à un engagement pris lors de la réforme de la PAC de juin 2003 et aux demandes répétées faites depuis par la France”, souligne le ministre français de l’Agriculture Dominique Bussereau, cité par le communiqué.“Les pistes présentées par la Commission constituent un ensemble de mesures cumulatives et représentent une avancée significative dans le sens des propositions françaises”, insiste-t-il.Les mesures citées par le ministère sont “l’appui au dispositif d’assurance récolte, le soutien aux caisses de mutualisation permettant aux agriculteurs de mobiliser en période de crise des fonds épargnés lors des phases plus favorables de production et de commercialisation” et “un dispositif de maintien des revenus en période de crise conjoncturelle”.Il “convient maintenant de travailler dans deux directions: apporter les précisions nécessaires aux mesures horizontales et communes à toutes les productions contenues dans le rapport (et) compléter l’éventail des outils”, estime le ministre.Le gouvernement français “sera attentif à ce que le rythme et le contenu des discussions communautaires répondent aux attentes des agriculteurs français”, affirme aussi le ministère.Ce sujet avait été au centre de l’entretien que Bussereau avait eu avec Fischer Boel, le 1er mars dernier, à l’occasion de la première visite de celle-ci au Salon international de l’agriculture de Paris.Le précédent ministre français de l’Agriculture Hervé Gaymard avait déposé à Bruxelles, durant l’été 2004, “un mémorandum” en vue de permettre à la Commission européenne et aux Etats membres de disposer d’un mécanisme de gestion de crise pour les produits agricoles. Il avait alors estimé que “la gestion des mécanismes de crise était le chaînon manquant dans la réforme de la politique agricole commune” adoptée en juin 2003 à Luxembourg.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc