×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Un ALE entre le Mercosur, l’Inde et l’Afrique australe se prépare

    Par L'Economiste | Edition N°:2081 Le 08/08/2005 | Partager

    . IL englobera 80% des flux commerciaux et éliminera les taxes d’importationLES pays du Mercosur, l’Inde et la Sacu, l’union douanière regroupant cinq pays d’Afrique australe, ont entamé des discussions sur un accord de libre-échange en marge d’un séminaire international tenu les 3 et 4 août à Rio de Janeiro. Ces entités ont signé récemment un traité de préférence tarifaire concernant un nombre restreint de produits avec des réductions de taxes d’importation. Les discussions en cours visent à englober 80% des flux commerciaux et aboutir à éliminer les taxes d’importation.Le Mercosur regroupe le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay. La Sacu regroupe l’Afrique du Sud, le Bostwana, la Namibie, le Lesotho et le Swaziland.Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, a souligné que «même s’il n’est pas pour demain, mais pour d’ici à dix ans, cet accord a une énorme importance», car il représenterait le plus important accord commercial mondial en termes de population.Le directeur du Département des négociations internationales du ministère brésilien des AE, Regis Percy Arslanian, a indiqué qu’une nouvelle réunion est prévue en octobre, en Inde ou en Afrique du Sud, pour débattre à nouveau de cet accord.Le séminaire international tenu à Rio de Janeiro entre le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud visait à réfléchir au renforcement du processus de coopération sud-sud entamé par ces trois pays en 2003, à l’initiative du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva. Les sujets abordés ont touché l’économie, l’éducation et l’agriculture.Ce groupe des trois (IBAS) représente un marché de 1,2 milliard de personnes et un potentiel de commerce de quelque 300 milliards de dollars.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc