×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Très chère, tu vivras avec la cellulite!

    Par L'Economiste | Edition N°:810 Le 14/07/2000 | Partager

    • Seules les femmes en sont victimes• Surnommée peau d'orange, elle est formée de capitons et d'amas graisseux qui se logent dans les hanches, les cuisses, le ventre...• Traitement de choc:Mésothérapie et chirurgie esthétiqueQue l'on soit jeune ou plus âgée, mince ou en surcharge, la cellulite n'épargne aucune femme. Elles en sont pratiquement toutes victimes et cela ne fait qu'empirer au fil des ans. Peu à peu, la peau d'orange s'installe, des capitons apparaissent sur les hanches, le ventre, les cuisses et les fesses. Pour peu que l'on ait un mode de vie quelque peu sédentaire et une alimentation déséquilibrée, la situation peut vite s'aggraver avec l'apparition de bourrelets localisés, d'autant plus que les tissus féminins sont sensibles aux variations hormonales (cycle, grossesse, ménopause) qui favorisent le stockage et la mise en réserve.«L'aspect capitonné de la cellulite provient d'un stockage anormal au niveau du tissu conjonctif cutané et sous-cutané«, explique le Dr Joëlle Cariou-Belqadi, endocrinologue et nutritionniste à Casablanca. Typiquement féminin, il s'agit à la fois d'un stockage de graisse dans les adipocytes (cellules graisseuses de l'hy-poderme) et d'eau tout autour (derme et hypoderme).Au fur et à mesure que les adipocytes grossissent, les enveloppes qui les contiennent se déforment et tirent sur leurs points d'ancrage cutané entraînant un capitonnage. A ce stade, le problème majeur est que le processus s'auto-entretient du fait de l'étouffement de la circulation sanguine avec stagnation des toxines, appauvrissement nutritif, congestion du gel conjonctif qui perd de son élasticité et se fibrose. Cet état, terriblement inesthétique, fait de ces zones cellulitiques des régions inertes et délaissées qui restent indifférentes à l'exercice physique et aux régimes amaigrissants les plus draconiens.Le terme de cellulite définit un type de graisse particulier, par son aspect d'une part, par sa répartition également et son déterminisme hormonal essentiellement. Il existe également un facteur génétique et ethnique responsable de cette répartition de graisses. On retrouve d'autres facteurs prédisposant comme le stress. l'alimentation, les problèmes circulatoires. Cette surcharge graisseuse existe en profondeur et elle est alors responsable d'une modification de l'aspect de la silhouette. On la retrouve également en superficie, où elle donne l'aspect dit de «peau d'orange«. Cette infiltration graisseuse peut se répartir au niveau de la région inférieure du corps, à la hauteur de la ceinture. Les localisations les plus fréquentes sont la région sous-trochantérienne (culotte de cheval, hanches, face interne des cuisses et genoux). De nombreux traitements ont été proposés (physiothérapie, phytothérapie) avec des résultats variables et rarement durables.En d'autres termes, le traitement de la cellulite peut donner des résultats lorsqu'elle est localisée, lorsque la peau est tonique et si la surcharge pondérale est modérée. Deux grands traitements peuvent en venir à bout. Il s'agit en premier lieu de la mésothérapie qui consiste à faire des micro-injections de produits de drainage dans les zones cellulitiques. Les résultats sont visibles après 8 à 10 séances. Cette technique est simple, peu coûteuse et n'a aucune contre-indication.L'autre méthode est chirurgicale. «La lipoaspiration se révèle comme la technique la plus efficace et quasiment définitive sur les amas graisseux profonds«, indique le Dr Cariou. Elle se pratique sous anesthésie générale ou péridurale et consiste à introduire par une petite incision une canule (fin tube métallique) reliée à un aspirateur. Le chirurgien crée des tunnels dans la couche de graisse profonde. Puis, elle est délogée par des mouvements de va-et-vient et aspirée. Après l'intervention, la patiente garde un vêtement compressif pendant quelques semaines. Le résultat définitif n'est visible qu'un mois plus tard, après résorption des oedèmes et disparition des ecchymoses. Il est conseillé de pratiquer cette intervention en automne ou en hiver.Si les lipoaspiration et liposculpture sont très efficaces sur le volume et la quantité de graisse, le résultat reste en fait lié à la qualité et à l'élasticité de la peau. Le résultat définitif dépend tout autant de l'autocontrôlé de la patiente qui, après le traitement, maintient une bonne hygiène de vie alimentaire et sportive.«Aucun traitement n'est valable à long terme si les raisons qui ont déclenché l'apparition de la cellulite n'ont pas été éliminées«, fait remarquer le Dr Cariou.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc