×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Des opticiens-optométristes enfin reconnus

    Par L'Economiste | Edition N°:810 Le 14/07/2000 | Partager

    • Selon le Secrétariat Général du Gouvernement, les diplômés de I'Université Al Cadi Ayad seront autorisés à exercer• Le Ministère de la Santé Publique a élaboré un projet de loi portant réforme globale de la législation relative aux professions paramédicalesLES lauréats de l'Université Al Cadi Ayad, licenciés en optique-opto-métrie, se verront enfin attribuer des autorisations d'exercer (voir L'Economiste, n°806, www.leconomiste.com). Au Secrétariat Général du Gouvernement, M. Lahdar Bouaâlam a assuré à L'Economiste que «les autorisations d'exercer sont prêtes« et «qu'elles seront délivrées aux demandeurs très bientôt«. Il a par ailleurs avancé le chiffre de «14 autorisations d'exercer« alors que l'Association Nationale des Optométristes Universitaires (ANOU) affirme avoir présenté 17 demandes dans ce sens. «Le Secrétariat Général du Gouvernement a toujours maintenu ce même discours; j'espère que les responsables iront jusqu'au bout cette fois«, a commenté M. Abdelkrim Morchid, secrétaire général de l'Association.Dans une correspondance adressée au journal, le Ministère de la Santé Publique a précisé que «les éléments nécessaires à la formation théorique et pratique pour l'exercice de cette profession figurent dans le programme des études préparant à la licence es sciences physiques appliquées, options optique-opto-métrie« et que «les 3 demandes (sic) d'exercice répondant à ce profil, dont le Ministère de Santé a été saisi par le Secrétariat Général du Gouvernement, ont toutes reçu l'avis favorable de ce département... au début du mois de mars 2000«. Jusqu'à hier, les membres de l'ANOU affirment «n'avoir reçu aucun avis favorable à l'une des 17 demandes«.S'agit-il d'une simple défaillance de communication entre les diplômés, le SGG et le Ministère de Santé? En tout cas, ce dernier tient à préciser qu'il n'a jamais rejeté le diplôme précité pour l'exercice de la profession d'opticien-lunetier.«Actuellement, la licence en optique-optométrie délivrée par la Faculté des Sciences de Marrakech constitue le premier diplôme national en la matière«, est-il ajouté. Il convient de souligner que le Ministère de la Santé Publique a soumis au Secrétariat Général du Gouvernement un projet de loi portant réforme globale de la législation en vigueur relative aux professions paramédicales, y compris celle d'opticien-lunetier. Cette mesure intervient pour pallier les lacunes et l'inadaptation de la législation en vigueur. Anouar ZYNE


    Equivalence?LE Ministère de la Santé Publique a tenu à préciser que le dahir du 5 octobre 1954 portant réglementation de l'exercice de la profession d'opticien-lunetier ne fait pas mention du principe d'équivalence du diplôme obtenu à l'étranger avec un diplôme national, compte tenu de l'inexistence de ce dernier à l'époque.Aujourd'hui, alors qu'il existe un diplôme national en la matière, y aura-t-il un «principe d'équivalence«? La question mérite d'être posée, surtout que les diplômes étrangers constituent un autre problème, tout aussi épineux, dans le secteur des professions paramédicales.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc