×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
International

Transport aérien: Des pertes de 5,2 milliards de dollars

Par L'Economiste | Edition N°:2887 Le 23/10/2008 | Partager

. Baisse des bénéfices des compagnies de la région MenaL’ASSOCIATION internationale du transport aérien (IATA) tire la sonnette d’alarme. Pour elle, les transporteurs aériens de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) connaîtront cette année une baisse de leurs bénéfices de 200 millions de dollars au moins. Le chef de IATA, Giovanni Bisignani, a demandé aux compagnies de la région (en pleine expansion pour certaines d’entre elles) de veiller à plus de rentabilité et de libéralisation du secteur. «L’industrie du transport aérien va perdre 5,2 milliards de dollars (...) et les compagnies de la région Mena verront leurs bénéfices tomber cette année de 300 à 200 millions de dollars», a indiqué Bisignani dans un discours lors d’une réunion des transporteurs aériens de la région. Après un taux de croissance de plus de 18% en 2007, ces compagnies affichaient une progression bien moindre sur l’année en cours, a-t-il indiqué à l’assemblée générale de l’Association arabe des transporteurs aériens (AACO) réunie mercredi 22 octobre à Tunis. Seule une petite poignée de compagnies continueront de réaliser des profits. De même, les projets d’expansion de certaines flottes coïncidaient avec des incertitudes économiques à l’échelle mondiale. «L’équilibre entre les capacités et la demande sera un enjeu de taille», a mis en garde Bisignani, soulignant l’intérêt de veiller à la rentabilité en matière d’énergie, d’infrastructures, et d’opter pour des politiques commerciales plus libérales. Evoquant «un début de privatisation» de la gestion des aéroports de la région (Jordanie, Arabie saoudite, Egypte), le chef de l’IATA a averti contre les inconvénients du monopole, certains concessionnaires ayant augmenté les tarifs jusqu’à 128% pour financer l’infrastructure aéroportuaire. En matière de privatisation, il est nécessaire de faire appliquer les principes de l’Organisation de l’aviation civile internationale (ICAO) et de veiller à l’équilibre entre les coûts et la rentabilité.$F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc