×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Elections américaines: Al-Qaïda s’en mêle

Par L'Economiste | Edition N°:2887 Le 23/10/2008 | Partager

. Deux de ses plus importants sites sont bloqués. 10 points d’avance à Obama, selon les sondagesSi Al-Qaïda ne semble pas en mesure de monter un gros attentat aux Etats-Unis, l’organisation pourrait peser sur l’élection présidentielle américaine soit en s’exprimant, soit par des attaques contre des cibles américaines à l’étranger, estiment experts et analystes. C’est ce que démocrates et républicains appellent «la surprise d’octobre»: un discours belliqueux d’Oussama ben Laden sur internet ou, pire, un assaut réussi contre une ambassade, susceptible de faire basculer les électeurs dans le camp de John McCain à quelques jours du 4 novembre. A noter que deux des plus importants sites d’Al-Qaïda sont bloqués depuis le septième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, réduisant la capacité de l’organisation à diffuser ses messages de propagande. Pour Richard Clarke, chef du contre-terrorisme américain entre 1998 et 2003, l’offensive anti-américaine à l’étranger a déjà commencé. «D’abord, Al-Qaïda a organisé le 17 septembre dernier un assaut important et sophistiqué contre l’ambassade au Yémen», explique-t-il. Les chefs du renseignement et de la sécurité américains sont inquiets. Ils admettent qu’il n’y a rien de concret pour suggérer une nouvelle attaque, mais ils craignent qu’Al-Qaïda tente quelque chose, peut-être même sur le territoire des Etats-Unis. En 2004, cinq jours avant le scrutin Bush/Kerry, ben Laden avait délivré sa «surprise d’octobre» sous la forme d’une harangue de dix-huit minutes adressée au peuple américain. L’un des stratèges de John McCain, Charlie Black, avait reconnu qu’une nouvelle attaque représenterait «certainement un gros avantage» pour le candidat républicain. Par ailleurs, Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Barack Obama a fait un bond spectaculaire dans les intentions de vote à deux semaines de l’élection présidentielle, selon un sondage publié mardi dernier par le Centre de recherche indépendant Pew. Obama est crédité de 52% d’intentions de vote au niveau national contre 38% pour le républicain John McCain, selon cette étude. Un autre sondage paru hier dans le Wall Street Journal accorde 10 points d’avance à Obama (52% contre 42%). J. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc