×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: La Costa del Sol s’invite au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:2495 Le 29/03/2007 | Partager

    . Les opérateurs touristiques en déplacement à Rabat. Offre diversifiée, promotion… les leçons à tirerLA promotion des destinations touristiques passe désormais par le porte-à-porte. Les intervenants du secteur touristique de la Costa del Sol en ont donné l’illustration. Ils se sont déplacés aux principales villes cibles du Maroc. Après Casablanca, lundi dernier, les opérateurs de la Costa del Sol ont atterri mardi à Rabat. La tournée devait s’achever aujourd’hui à Tanger. Le choix des trois villes s’explique par le pouvoir d’achat de leurs habitants, le plus élevé du pays, et par la proximité culturelle avec l’Espagne. C’est le cas notamment dans la ville du détroit. Il s’agissait de rencontres professionnelles, les premières du genre et dont le patronat touristique du sud de l’Espagne entend faire un rendez-vous annuel. L’objectif avoué est de renseigner sur les atouts touristiques de cette zone située dans la province de Malaga (Andalousie) en termes d’offres et de démarcher les éventuels partenaires marocains. Ce déplacement vise aussi à sauvegarder une clientèle marocaine de plus en plus encline à aller vers d’autres destinations, notamment la Turquie. Aux prix compétitifs et l’attrait du pays de Kemal Attaturk, au carrefour de l’Occident et de l’Orient, s’ajoutent les tracasseries liées à l’obtention du visa pour l’Espagne. C’est donc pour maintenir son statut de première destination des touristes marocains (autour de 300.000 par an) que la région andalouse multiplie les actions. «Bien qu’embryonnaire, le marché marocain se distingue par la qualité de sa clientèle», a déclaré Juan Fraile Canton, président du patronat du tourisme de la Costa del Sol, lors de la cérémonie de clôture de la rencontre de Rabat, où gastronomie locale et danse flamenco étaient au menu.Cet événement aura surtout été l’occasion pour les professionnels marocains du secteur, notamment le Conseil régional du tourisme (CRT) de Rabat, d’apprendre davantage sur la véritable success story du sud espagnol dans le secteur et ce, depuis les années 1960. Etendue sur une bande côtière de 160 km de plages et de criques, cette région se distingue par plusieurs attraits. A son offre de loisirs, ses sites naturels et ses commerces, s’ajoutent ses infrastructures hôtelières et routières. La région se targue d’avoir 326 jours de soleil par an. Et c’est à la Costa del Sol qu’est concentré le plus grand nombre d’hôtels de cinq et quatre étoiles de tout le pays, pour une capacité globale de plus de 120.000 lits. Le tout avec des produits et services diversifiés, allant du tourisme low-cost à celui du prestige. Ce n’est donc pas étonnant que plus de 8 millions de touristes s’y rendent chaque année. Amal Karioune, vice-président du CRT de Rabat, a insisté sur le cas d’école que représente le succès d’une région qui a littéralement explosé pour devenir une des destinations phare dans le monde et une référence en matière de développement touristique. «Nous avons donc beaucoup à apprendre de l’expérience espagnole. C’est le cas notamment dans la formation, où l’Espagne est déjà présente dans les villes de Marrakech et Tétouan», a-t-il dit.


    Beauté et vacances

    LE tourisme balnéaire ayant atteint ses limites, la Costa del Sol se positionne d’ores et déjà sur d’autres créneaux. Il s’agit principalement du tourisme de beauté et d’esthétique. L’Espagne se situe à la tête de l’Union européenne dans le domaine. La Costa del Sol est l’un des endroits où l’on peut mieux combiner l’amélioration de son aspect physique avec un séjour touristique. Cette zone permet de choisir parmi une grande variété de traitements, aussi sophistiqués qu’innovateurs, allant de la cosmétique à la chirurgie esthétique, en passant par des techniques ne requérant aucune intervention chirurgicale. Outre les cliniques de prestige international et les centres spécialisés, il existe également des hôtels cinq étoiles disposant de leurs propres cabinets de médecine esthétique, leurs technologies et leurs professionnels qualifiés.T. Q.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc