×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

S&P revoit sa notation pour le Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2495 Le 29/03/2007 | Partager

. La note passe de BB à BB+. Mais pas encore d’Investment Grade. Déficit, dette et indicateurs sociaux biaisent les réalisations économiquesLES indicateurs de croissance marocains au titre de l’année dernière semblent convaincre les agences internationales de Rating. Après Moody’s, c’est autour de Standard & Poor’s d’améliorer sa perspective par rapport au Maroc (pour sa dette extérieure en devises), en la ramenant de «Stable» à «Positive». La note du pays s’est aussi améliorée, passant de BB à BB+. Mais pas au point d’arriver à l’appréciation tant convoitée «Investment Grade». Et ce, principalement à cause des indicateurs du déficit et de la dette qui restent décalés par rapport à la moyenne des pays notés dans cette catégorie. «Ce relèvement de perspective reflète l’amélioration des prévisions de croissance au Maroc ainsi que le renforcement continu de ses indicateurs extérieurs et budgétaires», explique l’agence. Cependant, Standard & poor’s s’attend à une soutenabilité à long terme des finances publiques et une continuation des réformes économiques. C’est le seul moyen pour espérer obtenir le fameux sésame «Investment Grade». S&P n’a pas tari d’éloges par rapport aux indicateurs économiques du Maroc. A commencer par l’amélioration de la situation extérieure durant ces dernières années en dépit de la dégradation de la balance commerciale sous le poids de la hausse des cours du pétrole. L’agence prévoit d’ailleurs un solde excédentaire pour la balance des transactions courantes jusqu’en 2009. Cette prévision est basée sur le bon comportement des transferts MRE, des recettes touristiques et de la forte demande pour les exportations marocaines. Les prévisions de S&P tablent également sur un «rythme soutenu» des flux d’investissements étrangers. Ceux-ci devraient profiter de la libéralisation accrue des échanges extérieurs et le développement des infrastructures. Globalement, «le climat général est de plus en plus favorable aux affaires», indique l’agence.Pour ce qui est des finances publiques, l’agence de Rating souligne le maintien des efforts d’ajustement budgétaires suite à l’augmentation des recettes fiscales et la réduction du rythme de croissance des dépenses publiques. Cette tendance devrait se poursuivre d’ici 2008, selon les prévisions de S&P. Et ce grâce, entre autres, au meilleur recouvrement des recettes fiscales et la réduction des indemnités de départ volontaire. Le taux de croissance du PIB en 2006 (8,1%) n’est pas passé inaperçu. «Il constitue un indicateur d’amélioration de l’environnement macroéconomique», indique le rapport de Rating. Les anticipations tablent sur une croissance moyenne de 5% durant les trois prochaines années, sous l’effet de «la diversification économique et les investissements de grande envergure». «La poursuite des politiques économiques actuelles qui se traduirait par un renforcement des indicateurs économiques, financiers et sociaux pourrait conduire à une hausse de la note dans les deux prochaines années et permettre ainsi au Maroc d’accéder à la catégorie d’Investment Grade», conclut le rapport. Si ces indicateurs venaient à afficher des contre-performances, l’accession à cette catégorie serait sérieusement compromise. A bon entendeur salut…


Chômage et pauvreté

LES indicateurs socioéconomiques biaisent la performance économique et financière du Maroc. Ils sont loin de convaincre les agences de notation. Les niveaux élevés de pauvreté et du chômage ne sont pas à la hauteur des pays de la catégorie l’Investment Grade. «Les efforts doivent être maintenus pour réduire durablement l’ampleur de ces deux phénomènes», souligne S&P.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc