×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tiznit: La chasse au criquet s'organise

Par L'Economiste | Edition N°:1728 Le 18/03/2004 | Partager

. Par voies aérienne et terreste . Malgré la sensibilisation, la consommation du criquet traité continueLa région de Tiznit continue à faire face à la menace du criquet pèlerin. Selon les représentants du sous-centre de coordination de lutte antiacridienne à Tiznit, la situation est maîtrisée car du 23 février au 13 mars près de 15.000 ha ont été traités dans la zone. Les voies aériennes et terrestres sont utilisées pour disséminer le fléau. Aujourd'hui encore, l'opération se poursuit chaque fois qu'un essaim est découvert. Pour le moment, assurent les responsables du centre, les cultures de la zone n'ont pas connu de véritables dégâts car l'insecte est en période de reproduction. Sa présence toutefois dans la région constitue un danger pour la santé de la population. Certains habitants consomment du criquet, malgré l'opération de sensibilisation engagée dans les souks pour mettre en garde contre les insecticides utilisés dans la lutte contre ces invasions. Selon des intervenants dans la lutte antiacridienne, il arrive parfois même que certains habitants ne déclarent pas la découverte d'essaims. Cette situation est dangereuse, car en raison de l'étendue de la zone, il est difficile de savoir si le criquet devant servir de repas a été traité ou non. Celui-ci se déplace et meurt souvent à des kilomètres de l'endroit pulvérisé à l'insecticide. Contrairement à la région de Tiznit, aucune menace, selon l'Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA), n'a été enregistrée dans le Souss Massa, fort heureusement pour les agriculteurs de la contrée. C'est plutôt dans le lit de l'Oued Draâ que le phénomène a été décelé. Il a atteint même depuis le 29 février Errachidia dans la région de Tafilalet où 21.687 ha ont été traités. Dans la province de Guelmim, c'est à Bouezakarne, au Sud de Tiznit, qu'il a été vu pour la première fois. Sidi Ifni et Lakhssas connaissent également des incursions du criquet pèlerin. Cet insecte dévastateur s'est également introduit au Sud du barrage Youssef Ben Tachfine. Les responsables du Centre de coordination de la lutte antiacridienne se veulent rassurants. Selon eux, tout l'arsenal de lutte est mis en place pour éradiquer toute nouvelle invasion. Pour y remédier et en empêcher d'autres, il faut toutefois accélérer le processus de lutte et se doter de tous les moyens avant que d'autres zones ne soient attaquées. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc