×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    Taslif entre en bourse le 24 octobre

    Par L'Economiste | Edition N°:300 Le 16/10/1997 | Partager

    Deux ans environ après une première tentative, Taslif revient à la charge. Elle augmente son capital de 25% par introduction en bourse. Une émission de 7,675 millions de DH destinée à élargir sa marge de manoeuvre.


    Une nouvelle société fait son entrée en bourse le 28 octobre.
    Taslif emboîte le pas à Crédor, Maghrébail et Maroc Leasing.
    L'opération porte sur l'introduction de 25% du capital, soit 76.750 actions d'une valeur nominale de 100 DH. Le prix unitaire de l'action est fixé à 220 DH pour un PER de 16,30. A l'issue de l'opération, le capital de la société de crédit à la consommation s'élèvera à 30,675 millions de DH.
    La période de souscription s'étalera du 20 au 24 octobre.
    Upline Securities est désigné conseiller et chef de file de l'opération et la Société Générale chef de file associé. Le syndicat de placement est réduit à la BCP et à la BMCE Bank. C'est l'agence Saga Communication qui pilote la campagne médiatique. La nouvelle identité visuelle s'appuie sur le potentiel de développement futur de la société. La signature, "Taslif: petit placement deviendra grand" constitue, quant à elle, un clin d'oeil aux petits épargnants.
    Pour l'heure, dans le secteur privé, seules des sociétés de financement ont osé franchir le pas. Certes, la taille de l'émission n'est pas importante mais la démarche de Taslif marque un changement de cap pour la société.

    L'objectif du renforcement du capital par voie d'introduction en bourse est entre autres de consolider la situation financière et renforcer le pouvoir de négociation vis-à-vis des banques. L'entreprise vise également la diversification des ressources via l'émission de Bons de Sociétés de Financement. "L'entrée en bourse va nous donner les moyens de développer le volume d'affaires et intensifier notre croissance, notamment par l'ouverture d'antennes", indique M. Saïd Alj, président de Taslif, lors d'un point de presse. Au programme, le lancement imminent d'un point de vente à Rabat. Les dirigeants visent également le développement de partenariats avec le secteur de la distribution.
    Taslif revendique la quatrième place parmi les sociétés de crédit à la consommation. Créée par Stokvis Nord Afrique en 1986, Taslif avait pour objet le financement des crédits ménagers axés exclusivement sur les produits distribués par les sociétés actionnaires (Stokvis Nord Afrique et Mobylette Maroc). parallèlement, elle a conclu des conventions avec des sociétés en faveur des employés. En 1994, Taslif s'oriente vers le crédit direct et personnel, non lié à l'achat d'un produit spécifique et ne nécessitant pas d'intervention de revendeurs.

    Aujourd'hui, elle traite quelque 22.700 dossiers pour un volume de financement de 250 millions de DH. La moyenne des dossiers financés est passée de 7.000 à 11.800 DH entre 1991 et 1996. L'encours global a, pour sa part, grimpé de près de 23 millions à 93 millions de DH sur la période. Il devrait s'établir à 114 millions de DH en 1997. Quant aux réalisations, elles ont atteint 64 millions de DH contre 19 millions en 1991. A la fin de l'année, elles s'élèveront à 82 millions de DH. Le résultat net de Taslif augmentera de 30% en 1997 pour s'approcher de 4 millions de DH.
    Concernant la gestion du contentieux, un effort de provisionnement a été réalisé. Les créances en souffrance sont couvertes à hauteur de 83%. Taslif dispose également d'un fonds de garantie alimenté par une retenue sur le montant de chaque crédit accordé. Cette retenue permet de couvrir les risques encourus sur la clientèle à hauteur de 25%.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc