×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tanger: La grogne contre Amendis continue

    Par L'Economiste | Edition N°:2433 Le 29/12/2006 | Partager

    . Les clients toujours en sit-in devant l’agence du délégataire. Ce dernier assure avoir géré toutes les réclamations La société Amendis fait toujours l’objet de la colère des usagers. De nouveaux sit-in ont été organisés devant le siège du délégataire chargé de la distribution d’eau et d’électricité à Tanger. Ces clients, très mécontents, sont pour la majorité issus des quartiers périphériques. Les griefs portés contre Amendis ont pour origine les factures du mois d’août, jugées excessivement élevées. La Ligue de défense des droits des consommateurs, qui a pris en charge le dossier a envoyé une lettre au wali, au maire et au ministère de l’Intérieur dans laquelle elle affirme qu’Amendis «a failli aux engagements pris à la suite des événements du mois de novembre dernier» (cf. www.leconomiste.com). Rappelons qu’une réunion entre le délégataire et les associations des consommateurs, en présence des autorités locales avait débouché le 22 novembre sur des engagements de la part d’Amendis pour traiter les réclamations des abonnés. Pour sa part, Amendis déclare avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour traiter les 1.214 réclamations qui ont atterri au niveau de ses guichets. Toujours selon Amendis, 91 % de ces réclamations seraient infondées, et «le montant des factures conforme aux consommations». Seules 9% des réclamations comporteraient des erreurs de lecture Et, selon le délégataire, celles-ci auraient été rectifiées. Dans la foulée, Amendis annonce avoir mis en place des équipes spécialement dédiées au traitement des réclamations. Soit une vingtaine de personnes chargées d’éplucher «les factures au cas par cas». Le dispositif est renforcé dans les agences de Majd, Bir Chifa, Branes, Rouida, Ard Bouhsain et Souani, dont sont issues la majorité des réclamations. Amendis a aussi accordé des facilités de paiement et allongé le délai de règlement de 10 à 15 jours.Autre point de discorde: la facture intermédiaire. Amendis procède à des relevés mensuels des compteurs, mais alternant avec ceux d’eau et d’électricité, avec une facture intermédiaire calculée par le nouveau système informatique mis en place. Cette manière de faire est vivement contestée par la Ligue de défense des consommateurs car «elle ne permet pas aux clients de connaître leur situation réelle». La Ligue propose aussi de mettre en place un arbitrage de la part d’un organisme indépendant dans la lecture des compteurs. Une manière de valider la lecture effectuée par les releveurs d’Amendis.


    Communication

    Amendis a sorti toute une batterie de mesures pour informer ses clients. Outre une nouvelle génération d’appareils de relevé (fini le registre manuel), Amendis a prévu de renforcer d’abord le contrôle exercé par ses releveurs. Il leur sera demandé de remettre un avis d’alerte en cas de consommation anormalement élevée, ou en cas d’anomalie du compteur. Amendis a en outre prévu de mettre à la disposition de ses clients un formulaire d’autorelevé. Ce dernier permettra aux clients dont le compteur est inaccessible, pour cause d’absence ou autre, de faire leur propre lecture et de l’envoyer à l’agence la plus proche. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc