×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Accord Samir-Calyon portant sur 330 millions de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:2433 Le 29/12/2006 | Partager

    . Une enveloppe pour la construction d’une centrale électrique de 40 MW. Elle sera opérationnelle fin 2008LA Samir (Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage) a conclu le 22 décembre un accord avec Calyon, banque de financement et d’investissement du groupe français Crédit Agricole. L’accord porte sur un montant de 30 millions d’euros (330 millions de DH) destiné au financement de la construction d’une centrale de cogénération électrique de 40 MW. La centrale sera construite sur le site de Mohammédia et fait partie du plan de modernisation de la raffinerie de cette ville. Elle permettra d’assurer une alimentation électrique fiable et économiquement rentable, indique le raffineur. En effet, la technique cogénération permet de valoriser simultanément à partir d’un seul combustible, une production d’électricité et de vapeur. La Samir produira donc avec cette nouvelle installation, 40 MW et environ 70 tonnes/heure de vapeur haute pression. De quoi couvrir l’ensemble des besoins de la station, y compris les nouvelles installations en cours de construction. La réalisation clés en main de la centrale a été confiée à la société française Litwin, filiale du groupe hollandais Beteman Litwin NV (www.leconomiste.com). Celle-ci couvrira l’ensemble des prestations de la conception à l’approvisionnement, le transport sur site et la mise en service. Spécialisée dans l’ingénierie dans les domaines du raffinage, de la pétrochimie, de l’énergie et de l’environnement, Litwin est dotée d’un capital de 3 millions d’euros et dispose d’un carnet de commandes d’environ 500 millions d’euros. Elle n’en est pas à sa première prestation pour la Samir. Son premier contrat avec la société de raffinage date de 1968. A signaler que la centrale de Mohammédia sera opérationnelle en 2008. Date à laquelle le projet global de modernisation de l’ensemble des installations de la raffinerie devrait arriver à terme. Pour rappel, la Samir a mobilisé 856 millions de dollars (7,7 milliards de DH) pour ce grand chantier (cf. www.leconomiste.com).L’entreprise va, en effet, se doter de la technologie de l’hydrocracking pour la fabrication de produits pétroliers de qualité supérieure et particulièrement le gasoil 50 ppm. Du gasoil propre donc dès novembre 2008 à l’image de celui commercialisé en Europe. Samir a dû réviser à plusieurs reprises son programme initial d’investissement, dont la pièce maîtresse consiste en un hydrocracker destiné à «écraser» les molécules contenues dans le pétrole brut. Le plan de mise à niveau de la raffinerie de Mohammédia, assure-t-on auprès de la direction générale, prévoit de nouvelles unités destinées à augmenter la production et à rehausser l’industrie nationale de raffinage au niveau des standards européens dans le respect des normes environnementales internationales. Les nouvelles unités seront donc opérationnelles vers fin 2008 et permettront de produire 4 millions de tonnes de gasoil, soit 95% de la demande nationale estimée pour l’année 2008 à 4,2 millions de tonnes.


    Amélioration de la qualité de l’air

    LE groupe turboalternateur de la centrale sera alimenté au diesel, avec la possibilité de fonctionner ultérieurement au gaz naturel, et sera installé à l’intérieur d’une enceinte acoustique équipée d’un système d’injection d’eau dans les chambres de combustion. «L’utilisation du diesel au lieu du fioul, garantira une amélioration considérable de la qualité de l’air à l’échelle locale et régionale à travers la réduction des émissions de SO2», assure-t-on du côté de la direction générale. L’entreprise envisage, en effet, de réduire d’au moins 1.500 tonnes par an les effets polluants des émissions de gaz.Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc