×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tanger: L’hôtel Villa de France deviendra patrimoine historique

Par L'Economiste | Edition N°:1760 Le 04/05/2004 | Partager

. Une procédure de classement a été lancée en janvier dernierL’hôtel Villa de France retrouvera-t-il ses lettres de noblesse? Une procédure de classement comme patrimoine historique est lancée depuis janvier dernier en vue de lui octroyer le statut de monument. L’enquête est actuellement en cours. Le Conseil de la ville de Tanger devrait se prononcer favorablement à la requête de classement introduite par le ministère de la Culture. L’établissement, construit en 1861, est actuellement en piteux état. Depuis sa fermeture, il y a une vingtaine d’années, il n’a eu droit à aucun entretien. Entouré d’un des plus beaux jardins de l’époque, il est aujourd’hui complètement noyé dans la végétation. En effet, le jardin est devenu une vraie brousse qui risque d’avaler le bâtiment. D’autre part, l’état de ce dernier s’est dégradé. Selon certains observateurs, la bâtisse risque de s’écrouler, seuls les murs extérieurs semblent pouvoir encore résister. Les plafonds, réalisés avec les techniques de l’époque, sont actuellement dans un état de délabrement avancé. L’hôtel Villa de France n’est pas seulement l’un des premiers hôtels de la ville, mais aussi l’un des plus luxueux de l’époque. Son architecture est typique de l’époque mêlant le caractère local, voûtes et grandes salles drapées avec le luxe européen de la fin du XIXe siècle. Ses murs ont accueilli de nombreux visiteurs de marque de la ville, dont le plus illustre reste Matisse. Le peintre français avait logé à l’hôtel Villa de France entre 1912 et 1913 et a peint quelques tableaux représentant les paysages vus depuis la fenêtre de sa chambre. Il constitue un témoin d’une partie de l’histoire de la ville mais aussi du Maroc. Lors de son séjour à Tanger en 1930, c’est à l’hôtel Villa de France qu’a séjourné l’émir Chakib Arsalane, l’une des figures de proue du mouvement panarabe de l’époque. Avant sa fermeture, l’hôtel a succombé à une crise financière pour être racheté par Rentistica, une riche société foncière qui possède entre autres les murs de l’hôtel El Minzah. A l’époque, les employés non payés auraient pillé les objets de l’hôtel. Ainsi, les commerçants du marché aux puces de Tanger, Casabarata, se rappellent avec joie cette époque. D’abord, la vaisselle estampillée aux couleurs de l’hôtel, ensuite vases et autres objets de décoration. La meilleure affaire a été réalisée par un commerçant qui aurait racheté les minibars de l’hôtel, vendus par la suite comme frigos pour une faible somme. De notre correspondant,Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc