×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tanger: Des Allemands en prospection

    Par L'Economiste | Edition N°:3387 Le 20/10/2010 | Partager

    . Objectif: identifier des niches de prospection et d’investissement . Energies renouvelables et recyclage des déchets industriels, les secteurs prometteursL’Allemagne commence à s’intéresser au nord du Maroc. Ainsi, un groupe d’investisseurs allemands issus de divers horizons a démarré lundi 18 octobre une visite de prospection. Leur objectif est d’identifier des opportunités d’investissement et de coopération commerciale dans le nord. Leur périple a démarré par un tour des importants sites industriels de la région, tel celui de Lafarge Ciments avec son unité de génération éolienne. La visite devrait continuer avec le cœur névralgique de la région, le Port TangerMed. Mais c’est au Centre régional de l’investissement (CRI) de Tanger-Tétouan qu’ils ont pu avoir une idée globale des potentialités de la région et surtout des politiques sectorielles que le pays a menées dans le cadre de l’industrie en particulier. Pour la vingtaine d’investisseurs allemands, dont une grande majorité issue de l’émigration marocaine, l’attention s’est particulièrement focalisée sur le développement du pays. Des contacts «Be to Be» avec des opérateurs locaux devaient avoir lieu à Tanger free zone également. Si les opérateurs allemands sont encore au stade de prospection, les opérateurs locaux ont une idée claire de ce qui peut les intéresser: l’expérience allemande en matière des énergies renouvelables et du recyclage des déchets, des domaines dans lesquels l’Allemagne se positionne en tant que pionnière. C’est le cas des industriels de la TFZ qui cherchent à valoriser leurs déchets mais qui peinent à trouver un partenaire. Pour les industriels de la zone franche de Tanger, les déchets sont un véritable casse-tête. En situation normale, les déchets sont pris en charge par une entreprise de récupération qui les valorise et verse un prix à l’industriel. Or, dans le cas des industriels de la zone franche de Tanger, les choses sont un peu plus compliquées, car toute évacuation doit faire l’objet d’un dédouanement et d’une autorisation d’importation de la part de la société de recyclage. Il est attendu que ce type de mission de prospection aide à doper les relations entre les deux pays. Les relations commerciales entre le Maroc et l’Allemagne demeurent assez modestes. Si ce pays est le 8e fournisseur du Royaume, le Maroc pour sa part se place à la 78e position en tant que fournisseur des seize Länders (régions) qui forment la République allemande.De notre correspondant,Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc