Dossiers

Spécial Communales 2003
Communication: Mieux qu'en 2002

Par | Edition N°:1603 Le 17/09/2003 | Partager

. Le ministère de l'Intérieur a marqué le coup en respectant comme prévu ses délais pour l'annonce des résultats. Le travail pédagogique des partis politiques fait toujours défautUn des grands acquis des dernières communales restera incontestablement le volet communication. Les résultats avaient été annoncés pour le samedi 13 septembre. Comme prévu, le délai a été respecté. Un bon point donc pour l'équipe Sahel surtout que sur ce volet, le département de l'Intérieur avait été particulièrement critiqué pour le cafouillage qui avait caractérisé la communication lors des législatives de 2002. Au cours de la phase préélectorale, les pouvoirs publics avaient tenté dès le départ de déployer des efforts en matière de sensibilisation aux enjeux et au déroulement du scrutin. Pour Karim Bouzida, directeur adjoint de l'agence Klem, les messages se sont inscrits dans une logique de transparence, d'apprentissage et de démocratie pour un public plus attentif à des supports modernes de communication. “C'est une démarche de rapprochement avec le public pour une meilleure adhésion”, ajoute-t-il.Cependant, à en juger par le nombre de bulletins nuls, il est difficile d'affirmer que cette mission a été réussie. En réalité, la responsabilité sur le plan pédagogique incombe également aux partis. Les formations traditionnelles ont-elles joué leurs rôles? “Les communales ne devraient pas être appréhendées à l'aune de l'échéance électorale. Elles s'inscrivent dans une véritable stratégie de communication qui va au-delà des échéances”, souligne Bouzida. Si en 2002, la mode avait été partiellement à la communication alternative, à travers notamment le lancement de sites Web à vocation politique, les approches semblent aujourd'hui nettement plus sobres. L'heure est plutôt aux médias classiques et autres canaux comme le hors-médias (événements, meetings, contacts interpersonnels…).


Mises à jour

Le Net n'a peut-être pas atteint sa taille critique mais cela justifie-t-il pour autant qu'il soit enterré en matière de communication politique?En tout cas, sur de nombreux sites de partis, qui ont tout de même le mérite d'exister, il y a de réels problèmes de mise à jour. Pour le site de l'Istiqlal (www.istiqlal.ma) qui est arrivé à la tête du classement national avec 3.890 sièges (soit 16,96%), aucune indication sur les résultats des dernières communales, encore moins sur le déroulement du scrutin. Le 16 septembre, la page d'accueil du site était encore consacrée aux interviews accordées par le secrétaire général du parti aux journaux. L'interview la plus récente date du 29 août 2003. Pour sa part, le site de l'USFP (www.usfo.ma) n'a rattrapé son retard que depuis le 16 septembre en reprenant un article du journal du parti sur sa page d'accueil. Paradoxalement, c'est le PJD qui semble le plus au fait des avantages du Net pour toucher ses futurs sympathisants. Pour preuve, la page d'accueil de attajdid.ma se fait l'éloge des résultats des communales avec en prime, des analyses et des chiffres. A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc