×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Sommet Abbas/Bush: Israël met la pression

Par L'Economiste | Edition N°:2135 Le 21/10/2005 | Partager

. L’Etat hébreu veut en finir avec la résistanceIsraël espérait jeudi 20 octobre que le président américain George W. Bush exige lors de sa rencontre dans la journée à la Maison-Blanche avec Mahmoud Abbas que le dirigeant palestinien réprime les groupes de résistance notamment les islamistes du Hamas. Cet entretien entre les deux hommes est le premier organisé depuis le retrait israélien de la bande de Gaza qui a mis fin en septembre à 38 ans d’occupation et relancé des espoirs d’une relance du processus de paix. Mais la rencontre intervient dans un contexte tendu par la décision d’Israël, lundi 17 octobre, de geler tous les contacts avec l’Autorité palestinienne au lendemain d’une attaque qui a coûté la vie à trois colons israéliens. “Nous souhaitons le succès d’Abou Mazen et pas son remplacement, nous croyons qu’il veut vraiment la paix, mais il doit traduire cette volonté par des actes”, a affirmé le vice-Premier ministre Shimon Peres. “Israël ne fera aucun geste, aucune concession si l’Autorité palestinienne ne se décide pas à agir pour désarmer les organisations terroristes et empêcher le Hamas de participer aux prochaines élections législatives prévues en janvier prochain”, a affirmé ce responsable, qui a requis l’anonymat. La Maison-Blanche, qui joue les arbitres depuis le report sine die de la rencontre annoncée entre Sharon et Abbas, a musclé ces derniers jours son message à l’égard des Palestiniens en insistant sur le besoin d’un renforcement de la sécurité. “Pour qu’un Etat (palestinien) démocratique émerge, on doit être sûr que la loi et l’ordre existent et que les organisations terroristes sont démantelées”, a affirmé mardi le porte-parole de la Maison-Blanche Scott McClellan. Par ailleurs, le responsable israélien a minimisé les critiques émises de nouveau mercredi 19 septembre par la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice sur les projets d’extension de Maalé Adoumim, la plus importante colonie de Cisjordanie que les dirigeants israéliens veulent relier à Jérusalem. Il a toutefois réaffirmé qu’Israël allait ériger un bâtiment pour abriter le commissariat central de la police pour la Cisjordanie dans un secteur dit “E-1” situé entre Maalé Adoumim et la partie orientale de Jérusalem. Sur le terrain, les services de sécurité israéliens ont arrêté dix Palestiniens en Cisjordanie dont deux femmes à Jénine soupçonnées d’être impliquées dans des projets d’attentats, a-t-on annoncé de sources militaires. Dans la ville de Gaza, environ 500 Palestiniens ont participé jeudi matin à un sit-in devant les locaux de la Croix-Rouge et appelé le président Bush à faire pression sur Israël pour obtenir la libération des quelque 7.000 Palestiniens détenus par Israël.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc