×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sida: 36 millions de cas identifiés dans le monde

    Par L'Economiste | Edition N°:907 Le 01/12/2000 | Partager

    . L'ONU tire la sonnette d'alarme face à l'explosion de la maladie. Afin de mieux approcher les jeunes, l'ALCS met en place un site InternetC'est aujourd'hui, vendredi 1er décembre, que la Communauté internationale célèbre la Journée mondiale du sida. Les chiffres de l'épidémie sont alarmants. Selon le rapport mondial de l'ONUSIDA, présenté le 28 novembre dernier à Berlin, la maladie n'épargne plus aucun pays avec une forte concentration en Afrique. Au total, ce sont plus de 36 millions de personnes qui sont contaminées, cette année, contre 34,3 millions en 1999. L'an 2000 a enregistré une forte progression de la maladie, dépassant ainsi les pronostics émis il y a une décennie par l'OMS. La situation est encore plus dramatique en Afrique qui compte pas moins de 25,3 millions de porteurs de la maladie. Outre ce continent, l'Amérique latine, les Caraïbes et l'Asie du Sud et du Sud-Est sont très touchés.Au Maroc, le nombre de cas cumulés jusqu'au 30 juin 2000 s'élève à 780 cas, dont plus de 300 répartis dans la région de Casablanca et Agadir, selon les chiffres de l'Association de Lutte contre le Sida (ALCS). Toutefois, l'Association déclare que presque 200.000 personnes ont été touchées par des infections sexuellement transmissibles en 1999 dont la majorité des femmes. Montrant ainsi la défaillance de l'utilisation des moyens de prévention. Bien que l'année 2000 ait connu une explosion de l'épidémie dans le monde, l'utilisation de nouveaux traitements donne un nouvel espoir aux porteurs de la maladie. En effet, avec la trithérapie (un traitement associant trois médicaments), le sida n'est plus synonyme de mort. Reste que le coût élevé de ces méthodes ne permet pas leur généralisation dans les pays en voie de développement. Au Maroc, seulement 100 personnes touchées bénéficient de la trithérapie, dont 70 grâce à la prise en charge par la CNOPS, indique l'ALCS. Le coût de la trithérapie s'élève à 6.500 DH par mois et par personne, soit donc 78.000 DH par an. Aussi, 140 personnes nécessitant une trithérapie sont-elles exclues de ce programme thérapeutique. D'ailleurs, l'ALCS lance un appel pour collecter des fonds nécessaires afin d'exercer des actions de lobbying auprès des laboratoires et des organismes d'aide internationaux. Ces aides vont permettre à l'Association de prendre en charge une partie des frais de fonctionnement (45.000 DH par mois), le financement des programmes de prévention (30.000 à 50.000 DH par action), l'accès à la trithérapie de personnes malades (78.000 dirhams par an et par personne).D'ailleurs, pour mieux cibler ces actions et pour un meilleur accès au grand public, l'ALCS vient de mettre en place un site Internet. Logé à l'adresse (www.alcsmaroc.org), ce site se veut un outil de sensibilisation, notamment pour la population des jeunes qui est la plus touchée par la maladie. Cette page Web est opérationnelle depuis la semaine dernière. «Nous avons coïncidé son installation avec les préparatifs pour la célébration de la journée mondiale de lutte contre le sida«, indique un membre de l'Association.Samir BENBOUIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc