×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Settat: Programme-pilote de semis direct

Par L'Economiste | Edition N°:2420 Le 12/12/2006 | Partager

. 900 hectares pour une première expérience. Réduction de 400 à 500 DH des coûts de labourQuelque 900 hectares des superficies réservées à la céréaliculture dans la province de Settat ont été retenus pour la réalisation d’une expérience pilote de semis direct. Unique en son genre au Maroc, cette expérience a fait l’objet d’une convention entre le Centre d’aridoculture dans les régions arides et semi-arides de Settat et l’Organisation arabe d’investissement et de développement agricole. Le projet va permettre de comparer trois instruments de semences directes importées du Brésil et d’autres, fabriqués localement. Les machines permettent en même temps l’ensemencement des graines et leur mise en terre. Et aussi l’opération d’épandage des engrais. La technique a fait ses preuves dans de nombreux pays du monde dont le climat semi- aride ou aride et la nature des sols présentent les mêmes caractéristiques et des simulitudes avec ceux du Maroc. Elle permet également de sauvegarder les sols et de limiter l’évaporation des eaux. En outre, elle bénificiera directement au fellah, qui économisera de 400 à 500 DH par hectare dans l’opération labour. La productivité des champs sera augmentée. Pour assurer le succès de cette expérience, des techniciens chercheurs veilleront sur les différentes étapes de mise en place et d’exécution du projet.Pour leur part, les 71 agriculteurs qui prendront part à ce projet contribueront à hauteur de 155 DH/ha, remboursables en fin de saison sous forme de crédit sans intérêt. L’Organisation arabe projette d’encourager la création de coopératives ou de sociétés opérant dans ce domaine. Elle s’engage à financer sans intérêt leur achat de semeuses et de tracteurs.L’expérience qui sera tentée a toutes les chances de réussir, assure-t-on auprès des milieux concernés. La déperdition des sols, l’usure et aussi la perte de graine pendant les semences affectent sérieusement la productivité des champs. Avec la technique de semis direct, l’agriculteur peut éviter tout cela et être rassuré quant à la mise en terre correcte des semences. Sans oublier, bien sûr, le gain de temps et d’efficacité. C’est aussi un moyen pour développer la mécanisation agricole dans cette région à vocation essentiellement agricole.Ladite organisation envisage également de porter les superficies réservées au semis direct 1500 hectares en 2007 et à 2000 hectares en 2008. De notre correspondant, Abdellah ECHAKHS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc