×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Secteur du caoutchouc:

    Par L'Economiste | Edition N°:809 Le 13/07/2000 | Partager

    Beaucoup de capacités inutilisées• Le taux moyen d'utilisation de la capacité de production n'est que de 29%• Entre 1993 et 1998, le secteur avait enregistré une hausse de production de 24% et des exportation de 18%Les indicateurs du secteur de la transformation du caoutchouc sont au vert, mais les opérateurs peuvent mieux faire. Ce secteur offre des potentialités lui ouvrant de larges perspectives en madère d'investissement et de développement. C'est du moins la conviction des rédacteurs de l'étude sectorielle concernant cette activité réalisée par le Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat.Au cours de la période allant de 1993 à 1998, le secteur a enregistré une hausse de la consommation locale l'ordre de 27%. La | production a augmenté de 24%, les importations de 30% et les exportations (essentiellement composées des pneumatiques) de 18%.Au Maroc, la fabrication d'articles en caoutchouc est assurée par 33 grandes unités qui produisent près de 1,5 milliard de DH, emploient 2.806 personnes et réalisent une valeur ajoutée de l'ordre de 527 millions de DH.Cependant, le taux moyen d'utilisation de la capacité de production n'est que de 29%. Ce faible taux est dû essentiellement à la forte concurrence des produits importés et à la concentration des entreprises à Casablanca, indique l'étude du Ministère.De plus, les exportations des ouvrages en caoutchouc ont été affectées par la baisse d'activité du secteur. Ceci est particulièrement vrai pour le sous-secteur des articles autres que les pneumatiques, dont la valeur des exportations a baissé de 67% entre 1993 et 1998.Le chiffre réalisé par ce sous-secteur en 1998 n'a guère dépassé 37,1 millions de DH, alors que les exportations du secteur dans sa globalité se sont chiffrées à 248,7 millions de DH.Reste à signaler que les matières premières utilisées dans l'industrie de transformation du caoutchouc sont entièrement importées. Nos principaux fournisseurs en caoutchouc naturel sont la Côte d'Ivoire, le Nigeria et la Malaisie. Le Maroc importe également du caoutchouc synthétique de France, des Pays-Bas, des Etats-Unis, de Belgique et d'Espagne.A noter que les principaux pays producteurs de caoutchouc de synthèse sont les Etats-Unis, suivis par l'Union Européenne et le Japon. Au sein de l'Union, la France est le premier producteur de caoutchouc de synthèse.En ce qui concerne le caoutchouc naturel, la Thaïlande, l'Indonésie et la Malaisie produisent tous les trois 4,3 millions de tonnes sur les 5,9 de millions de tonnes que représente la production mondiale. Les pays d'Afrique produisent moins de 300.000 tonnes. Sur ce continent, plus des trois quarts du caoutchouc naturel produits sont d'origine villageoise, c'est-à-dire qu'ils proviennent de petites exploitations inférieures à cinq hectares.Abdelaziz MEFTAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc