×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Affaires

Sebta: Les opérateurs veulent une frontière commerciale

Par L'Economiste | Edition N°:2079 Le 04/08/2005 | Partager

. Leur chiffre d’affaires a baissé de 50% sur les trois dernières années . Un nouveau passage ouvert fin juilletLES commerçants installés dans la ville de Sebta ne cessent de se lamenter sur leur situation. Dans un dernier communiqué parvenu à la presse espagnole, ils demandent au gouvernement local de faire pression sur l’Union européenne afin de porter la frontière de Bab Sebta au rang de frontière commerciale. Cette action leur permettrait d’établir des liens commerciaux en direction des commerçants marocains de la zone et d’assurer une embellie à leur activité, notent-ils. Les opérateurs espagnols croient que c’est une aberration qu’il s’agirait de corriger, cette frontière extérieure de l’Union européenne étant la seule qui n’aurait pas un caractère commercial. Côté marocain, les autorités préfèrent ne pas s’exprimer. Le refus de mettre à niveau Bab Sebta s’expliquait par des considérations d’ordre politique qui semblent maintenant dépassées, note un responsable à Tétouan. Pour preuve, l’aménagement de Bab Sebta, entamé en 2003, a permis d’humaniser la frontière. L’entrée vers Sebta comporte actuellement quatre voies au lieu de deux. La sortie est passée de 2 à 6 voies. Ces actions ont été accompagnées d’une révision de la procédure lors de l’accomplissement des formalités. La distribution des flux de personnes a été de la sorte repensée par la mise en place d’une dizaine de guichets communs entre la police des frontières et les services de la douane. Ceci permettra de ne faire la queue qu’une seule fois devant un guichet et de faire deux contrôles en même temps.Depuis quelques années, les commerçants ne cessent de demander à leurs autorités des mesures spéciales en vue de compenser les pertes au niveau du commerce avec les colporteurs marocains de Bab Sebta. Selon des estimations de l’association des commerçants, la chute du chiffre d’affaires se situerait à près de 50% sur les trois dernières années. Une perte qui se cumulerait avec la concurrence des produits chinois sur le territoire marocain. Certains colporteurs, qui s’adonnaient au commerce de pacotille d’origine chinoise en particulier, préfèrent maintenant se fournir sur le marché marocain plutôt qu’à Sebta. Fin juillet, le passage de la Bière (cf. www.leconomiste.com) a été finalement ouvert après presque deux ans d’attente. Ce passage est censé permettre aux colporteurs travaillant sur Bab Sebta d’accéder au périmètre de Tarajal où sont situés les grands magasins commerciaux. L’accès à ces magasins se fera sans passer par la frontière sous contrôle des forces de l’ordre espagnoles et marocaines. Cette manière de faire permettrait de réserver le passage aux seuls voyageurs et leurs véhicules, mais surtout de garder propre le passage de Bab Sebta. La horde de colporteurs laisserait en effet derrière elle un amoncellement de détritus et d’emballages.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc