×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Settat: Les ZI réhabilitées

Par L'Economiste | Edition N°:2079 Le 04/08/2005 | Partager

. Les appels d’offres lancés bientôt . Les travaux coûteront 46 millions de DH C’EST décidé. Les appels d’offres pour la réhabilitation des zones industrielles de Settat et Berrechid seront lancés incessamment. Ces deux ZI subiront d’importants réaménagements sous la houlette de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Settat qui agit dans le cadre de son rôle de promotion de l’investissement, du renforcement de la compétitivité et la création d’emplois. Depuis quelques mois déjà, le comité de pilotage travaille à la préparation des pistes éventuelles d’intervention. Deux bureaux d’études ont été désignés et se chargeront chacun dans sa zone de l’exécution, de l’étude, du suivi et du contrôle des travaux de réhabilitation des deux zones industrielles de Settat et Berrechid. L’objectif est de permettre une réhabilitation des deux ZI afin d’en assurer une meilleure revalorisation industrielle.C’est ce qui est considéré par les opérateurs intervenant dans les deux villes comme une première en matière de mise à niveau des infrastructures d’accueil au Maroc. Après l’achèvement des travaux de réaménagement et de réhabilitation, les deux zones industrielles seront érigées en parcs industriels modernes et offrant tous les équipements et infrastructures nécessaires à des réalisations de cette taille.Rappelons que des conventions de partenariat pour le financement des travaux de réhabilitation des deux zones avaient été signées par les différents partenaires concernés en octobre 2004.Le programme de réhabilitation comprend la réalisation de la protection des zones industrielles contre les inondations, l’amélioration de l’accès et de la circulation à l’intérieur des zones, le renforcement du réseau d’assainissement et de traitement des eaux usées industrielles. La totalité du réseau électrique et de l’éclairage public sera également réhabilitée au même titre que l’alimentation en eau potable. Le réseau anti-incendie et la signalisation seront également repris. A noter que le financement de toute cette opération de réhabilitation et de réaménagement des zones industrielles de Settat et Berrechid va coûter quelque 46 millions de DH. Les travaux devront démarrer durant septembre 2005.Les deux zones industrielles sont actuellement dans un état de délabrement avancé. Il faut dire que les inondations successives qu’elles ont connues au cours des dernières années n’ont pas été pour arranger les choses. Les pouvoirs publics, de leur côté, ne pouvaient qu’essayer de remédier à la situation par des opérations ponctuelles en attendant le plan de réaménagement et de réhabilitation. Aujourd’hui, c’est chose faite. Les deux zones vont pouvoir reprendre de plus belle et ne manqueront pas d’intéresser les investisseurs. Le président de la CCIS de Settat, Chafik Rachadi, ne cache d’ailleurs pas son optimisme quant au retour des investisseurs dans les deux zones. L’autoroute Casablanca-Settat jouera certainement un rôle prépondérant dans ce cadre.


Attentes

«OFFREZ aux investisseurs des zones ou des parcs industriels dignes de ce nom et vous serez heureux de constater leur retour», se plaît à dire Rachadi. Les deux zones qui étaient entrées en activité au début des années 80 dans le cadre d’ex-code des investissements sont devenues «vieillottes» et ne répondent plus aux attentes des opérateurs et des investisseurs. Dans le cas de la zone de Settat, de nombreuses voies d’accès sont dans un état déplorable. «Il est difficile de venir s’installer dans une zone où l’on risque de casser sa voiture», affirme un industriel. Il avait lui-même décidé de déménager son entreprise à Had Soualem.De notre correspondant, Abdallah ECHAKHS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc