×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Scandale FNUAP: Le jugement

Par L'Economiste | Edition N°:720 Le 08/03/2000 | Partager

· L'accusé principal, un ancien comptable du MEN, est condamné à 6 ans de
prison ferme


LE rideau vient de tomber sur l'affaire de détournement de fonds
accordés au Ministère de l'Education Nationale (MEN) par le Fonds des
Nations-Unies pour les Activités de Population (FNUAP). La Cour Spéciale de Justice a donné, hier 7 mars à 13 heures, son verdict et condamné l'accusé principal, Moulay Youssef Rifki, ancien comptable au MEN, à 6 ans d'emprisonnement ferme ainsi qu'au remboursement à l'Etat d'un peu plus de 950.000 DH. L'inculpé dispose d'un délai de cinq jours pour se pourvoir en cassation.
Quant au second inculpé, M. Abdelilah Allaoui, employé de la Banque Marocaine du Commerce et de l'Industrie (BMCI), il a été innocenté. Il est à noter que ce dernier avait été impliqué dans l'affaire pour ne pas avoir vérifié un chèque d'une valeur de 2.600 DH. Mais, selon ses avocats, une note interne de la Banque ne recommande la vérification des signatures que pour les chèques dont les montants excèdent 3.500 DH.

D'ailleurs, durant tous le processus d'examen de l'affaire, M. Allaoui était soutenu par sa banque. Plusieurs interrogations persistent dans cette affaire qui a été déclenchée en 1997 lors de la découverte par la Cour des Comptes d'un déficit de près d'un million de DH. D'ailleurs, l'essentiel de la plaidoirie de la défense a concerné ces zones d'ombre qui ont persisté dans le dossier à toutes les étapes d'investigation et d'instruction. L'avocat de Rifki, M. Hammadi Mani, a ainsi souligné que «le programme a débuté en 1987.
Durant toute cette période, des audits sont régulièrement menés par la Cour des Comptes et des réunions tripartites tenues avec la participation des cadres du FNUAP, sans qu'aucun incident ne soit signalé, à l'exception d'infractions, liées notamment à la mauvaise gestion mais dont la responsabilité incombe aux directeurs des projets», ajoutant que la police judiciaire avait déclaré que tous les chèques qui lui ont été adressés par la banque étaient falsifiés alors qu'ils pouvaient être justifiés par des opérations réalisées. Selon la défense de Rifki, ce dernier a été suspendu de ses fonctions sans avoir effectué la passation des consignes. « Cette formalité lui aurait permis de retrouver des documents pouvant l'innocenter», a conclu sa défense.

Malika EL JOUHARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc