×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Santé: Quel impact sur les importateurs?

Par L'Economiste | Edition N°:896 Le 16/11/2000 | Partager

. Les grands importateurs de viande bovine assurent qu'il n'y a «aucun risque«La décision de fermer les frontières aux bovins a pris les importateurs de cours. Contactés hier par L'Economiste, la plupart des responsables étaient en réunion. C'était semble-t-il, la formule magique pour fuir des questions pour lesquelles les réponses n'étaient pas encore préparées. Ce n'est que dans l'après-midi que les communiqués commencent à tomber. Les parties contactées sont unanimes: il n'y a pas de risque.La mesure du Ministère de l'Agriculture touchera en premier lieu les intervenants dans la production de lait, les importateurs et coopératives d'éleveurs. A la Centrale Laitière, l'information d'interdiction n'était pas encore arrivée en début d'après-midi. Mais, aussitôt apprise, les responsables se sont montrés compréhensifs. «C'est une décision logique«, affirme M. Mohamed El Qsibat, directeur de la production. Pourtant, la mesure fera tomber à l'eau le plan d'importation de génisses de la firme. La Centrale avait prévu d'importer 6.000 têtes cette année. Elle en avait acheté 4.500. Le reste n'entrera pas au Maroc et les prévisions pour 2001 sont suspendues jusqu'à nouvel ordre. La situation doit être la même pour les autres opérateurs du secteur laitier. Cette mesure devra affecter à court terme la production du lait qui sera revue à la baisse, estime M. El Qsibat. Mais pas de craintes pour ce Ramadan. Le lait sera disponible en quantités suffisantes.Pour les importateurs de viande, pas de grands impacts prévisibles. L'importation continuera, mais avec de nouvelles conditions (voir article page 4). Les opérateurs contactés ont cherché d'abord à rassurer leurs clients. C'est le cas de la Royale Air Maroc dont l'activité catering est importatrice de viande bovine. «Les arrivages sont surveillés par les services vétérinaires publics«, affirme-t-on à la compagnie. En plus, la viande servie vient de la Nouvelle-Zélande et l'Australie où aucun cas d'encéphalopathie spongiforme n'a été signalé. McDonald's, importe également la totalité de sa viande bovine. Mais, «elle est à 100% en provenance de l'Espagne où aucun cas de maladie n'a été déclaré«, affirme M. Jamal Hamdouch, DG de la chaîne au Maroc. Une convention avec la Direction de l'élevage du Ministère de l'Agriculture régit d'ailleurs cette importation. Selon M. Hamdouch, les importations en viande sont exclusivement composées de muscle qui ne comporte pas de prion. Les abats, la cervelle et la moelle épinière n'entrent pas dans la gamme de leurs produits.Autre grand consommateur de viande importée: l'armée. A première vue, elle est à l'abri de tout risque. La plupart de ses importations proviennent de l'Argentine dont l'élevage est encore indemne.


Mesures draconiennes

Les bovins nés au Maroc de génisses importées présentent-ils un risque? Vraisemblablement non. Les mesures arrêtées par le Maroc pour l'importation de génisses sont des plus draconiennes. Il suffit que deux cas de vache folle soient déclarés dans un département pour qu'il soit fermé à l'importation. Les dispositions du cahier de charge soumis aux importateurs a changé 4 fois au cours des cinq dernières années pour justement accompagner le développement de la maladie sur le plan international. O. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc