×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

SANTÉ

Par L'Economiste | Edition N°:806 Le 10/07/2000 | Partager

• Cocktail de solidarité et de volonté pour lutter contre la maladieHAKIMA Himmich se démène. Toujours en mouvement. Elle a la petite cinquantaine, les cheveux noirs et une lucidité à tous crins. «Il était impossible de ne rien faire, sachant que les molécules antisida auraient pu ne jamais parvenir jusqu'à nous, les habitants d'un pays à faibles ressources, comme on dit dans les manuels«, indique-t-elle. Et là, depuis un an. dans son service de maladies infectieuses de l'hôpital universitaire Ibn Ro-chd de Casablanca, elle a gagné, déjouant tous les trous noirs de la fatalité. Les malades atteints de VIH sont soignés. Plus d'une centaine d'entre eux reçoivent des trithérapies et gratuitement. Un succès unique en Afrique. Le professeur Hakima Himmich se moque des compliments. Première femme à diriger un service de maladies infectieuses au Maroc, ce jour-là, elle fait visiter son service, situé juste à l'entrée du grand hôpital de Casa. Repeint en bleu et blanc cassé, il est propre. lumineux. Et Hakima Himmich explique sa recette, incroyable cocktail de solidarité et de volonté: «Là, les trois femmes de ménage, c'est une association d'aide aux malades qui nous les finance. Le jardin, dehors... c'est une entreprise privée qui l'entretient«. Et elle poursuit, égrenant les aides des uns et des autres. La pièce qui sert de pharmacie apparaît comme un condensé de la situation. Chaque étagère a son origine: don de l'Ambassade de France, don de l'Association Aides-Alsace, don d'Act Up, etc. Dehors, une estafette se révèle être un cadeau de l'Ambassade du Japon. Le jeune médecin, Adyb Backil, qui s'assure que les patients suivent bien leur traitement, a son salaire pris en charge par le laboratoire Glaxo-Wellcome. «C'est parfois épuisant, lâche le professeur Himmich. Il faut tout le temps chercher des solutions. Demain, je vais à Rabat pour une aide de MSF«. Puis elle se reprend: «Mais ça y est, c'est lancé«.Les choses ont commencé à bouger depuis l'annonce française de Bernard Kouchner de la création du Fonds de solidarité thérapeutique international (FSTI). Peu à peu, se construit ainsi un système à plusieurs faces. Le Ministère marocain de la Santé donne 2,7 millions de Francs pour acheter deux molécules (en l'occurrence l'AZT et le 3TC) et le FSTI verse en 1999 et 2000 1,7 million de Francs pour l'achat de l'antiprotéase. «En même temps, on a réussi à faire baisser les droits de douane et surtout les prix de certaines molécules«, ajoute Hakima qui poursuit un lobbying tous azimuts. Au passage, elle arrive à convaincre les mutuelles des fonctionnaires marocains de prendre en charge le traitement de ces affiliés, mais elle se risque aussi à aller voir tel dirigeant d'entreprise dans laquelle un employé est touché pour le pousser à payer les traitements. Aujourd'hui, 104 patients sont traités sur un total de 230 malades.Schématiquement, il n'y a donc qu'un seul service qui reçoit la quasi-totalité des malades du sida au Maroc (celui de Hakima Himmich). Et c'est son association, l'ALCS, qui achète les médicaments puis les répartit.A l'ONU-sida, on vient d'achever un travail d'évaluation de l'expérience marocaine. Bilan très satisfaisant. En prime, ce constat: «L'accès aux soins, c'est possible, y compris dans les pays à faibles ressources«. Rien n'est pour autant gagné. Ces jours-ci, Hakima Himmich se démène pour pérenniser le système et faire en sorte que le FSTI s'engage sur le long terme. Eric FAVEREAU Syndication L'Economiste-Libération (France)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc