×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Banque Mondiale: 212 millions de Dollars dans le pipe pour le Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:806 Le 10/07/2000 | Partager

Entretien avec Gilles Garcia, vice-président de la Banque Mondiale en Europe• Développement agricole, renforcement des infrastructures,réforme de l'éducation, modernisation du système judiciaire et instauration d'un fonds social... les cinq projets qui seront financés par la Banque Mondiale- L'Economiste: La Banque Mondiale est sollicitée pour le financement des actions de MED-BN (Business Network). Est-ce que vous allez répondre à cet appel?- M. Gilles Garcia: La Banque Mondiale soutient ce projet car il permet de la rapprocher des PME. La Banque a toujours eu du mal à apporter une contribution significative aux PME dans les pays en voie de développement. Elle finance normalement les grands projets dans les secteurs sociaux. La PME est un nouveau domaine. D'ailleurs, la Banque vient de nommer un directeur à Washington pour s'occuper des PME. En revanche, nous n'avons pas encore pris de décision en ce qui concerne le financement du fonds d'investissement. La société qui investirait dans ce fonds est la SFI (Société Financière Internationale). Il faut donc que l'investissement soit rentable.- Exigeriez-vous des garanties pour cet investissement-pilote?- Non, la SFI prend un risque. Elle utilise son jugement pour savoir si c'est un bon investissement ou pas. il faudra que le gestionnaire du fonds ait d'excellentes références et la capacité d'identifier des opportunités d'investissement intéressantes. La SFI a des fonds disponibles pour la Méditerranée, mais elle ne les utilise pas complètement. Dans un fonds d'investissement méditerranéen, le problème n'est pas financier. Il faut que ce réseau montre sa capacité à identifier des niches dans lesquelles nous pouvons investir et ressortir après quelques années. La priorité sera bien évidemment donnée aux secteurs qui permettent de résoudre les problèmes de l'emploi comme l'agroalimentaire, les matériaux de construction et le tourisme.• Que prépare la Banque Mondiale pour le Maroc?- Dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, le Maroc est le deuxième client de la Banque après l'Egypte. De juillet 1998 à juin 1999. il a bénéficié de près de 500 millions de Dollars (près de 5 milliards de DH). Actuellement, la Banque Mondiale prépare cinq programmes de développement d'une enveloppe globale de 212 millions de Dollars. L'étude de ces projets est bouclée et il ne reste plus que leur mise en oeuvre.Le premier projet porte sur le développement agricole à travers le renforcement de la petite et moyenne hydraulique. Il coûtera 35 millions de Dollars (350 millions de DH).Le deuxième concerne l'éducation-formation (60 millions de Dollars). Il introduira des réformes de l'enseignement supérieur public.Au niveau des infrastructures, un projet d'un montant de 100 millions de Dollars (1 milliard de DH) sera initié. Il soutiendra la mise en oeuvre d'un ensemble de réformes pour renforcer la compétitivité des entreprises à travers un large choix de services d'information et de communication. L'objectif est de favoriser le développement de ces services dans l'industrie, considérée comme le moteur de croissance. Il vise aussi à étendre les prestations de la poste et du téléphone aux démunis, surtout dans le milieu rural.La réforme du système judiciaire n'est pas en reste. Près de 7 millions de Dollars y seront engloutis. Formation des juges, réorganisation du système d'arbitrage et modernisation des procédés de travail des tribunaux sont les axes de ce programme.Cinquième projet: l'instauration d'un fonds social pour lutter contre la pauvreté. C'est un projet important. Il coûtera 10 millions de Dollars. Ce fonds sera gère par une entité indépendante C'est une structure publique qui sera pilotée d'une manière autonome. En clair, le fonds financera les microprojets d'équipement (réparation des routes, construction des petites écoles...). Ce sont essentiellement les ONG locales qui se chargeront de les mettre en oeuvre.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc